Connectez-vous à nous

Un Pierre Lapointe en solo et pas triste du tout

lidl opening times today

Culture

Un Pierre Lapointe en solo et pas triste du tout

MUSIQUE. Quand il a enregistré l’album Paris Tristesse, où il reprend 12 de ses succès piano et voix, Pierre Lapointe ne se doutait pas encore de l’engouement qu’allait créer de nouveau cette formule dépouillée en solo.

Commentaires

À l’été 2014, en pleine tournée française de Punk T, Pierre Lapointe s’aperçoit que ce spectacle ambitieux en termes de musiciens et matériel commence à tanguer financièrement. Il décide alors de se produire cinq soirs en solo dans des grandes salles afin d’éviter un cuisant déficit.

Or, l’équipe de Belleville Music a le coup de foudre. Fin septembre 2014, l’auteur-compositeur-interprète entrera au légendaire studio CBE, à Paris, où l’avait précédé, entre autres, Céline Dion, Dalida, Patricia Kaas, Françoise Hardy, Katerine et Ginette Reno.

«Je crois beaucoup à l’histoire des lieux et objets, il y a de la poussière qui doit dater des passages de Boris Vian et Johnny Hallyday, raconte Pierre Lapointe. Ç’a pourtant été un marathon très exigeant de trois jours intensifs. C’est idéal pour un artiste qui se voit un peu comme un athlète.»

Sans complaisance, le réalisateur d’expérience Jacques Ehrhart (Camille, Henri Salvador) l’aidera dans l’épuration de ses sélections musicales.

Choix évident

En plus de ses compositions Quelques gouttes de sang, S’il te plaît Tous les visages et Les lignes de ma main, Pierre Lapointe reprend trois classiques, soit Le mal de vivre, de Barbara, C’est extra, de Léo Ferré, et Comme ils disent, de Charles Aznavour.

«Cet album est un hommage à mes influences et un retour aux sources en quelque sorte, confie-t-il. Je voulais mettre en relief ma façon d’écrire qui est très classique et que je cache souvent sous des arrangements plus modernes.»

Statut reconfirmé

La formule en solo n’est pas une nouveauté pour l’artiste. En 2009-2010, sa tournée Pierre Lapointe seul au piano avait remporté un beau succès.

«Ce n’est pas toujours facile de faire dans la simplicité, dit-il. Toutefois, j’ai été rassuré par la réaction du public quand j’ai joué Paris Tristesse à la Maison symphonique de Montréal lors des dernières Francofolies.»

Pierre Lapointe présente son spectacle solo «Paris Tristesse» le samedi 26 mars, à la Salle André-Mathieu (475, boulevard de l’Avenir). Information: 450 667-2040.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
342
Haut de page