Connectez-vous à nous

Un parc immobilier d’un demi-milliard

Actualités

Un parc immobilier d’un demi-milliard

Sous l’enseigne Central Parc Laval, six tours d’habitation hautes de 15 à 22 étages devraient pousser sur le terrain situé au nord-ouest des boulevards Le Carrefour et Daniel-Johnson d’ici les cinq prochaines années.

Maquette du projet Central Parc dont une première tour de 22 étages borde déjà le boulevard Le Carrefour entre les boulevards Daniel-Johnson et Chomedey.

La première livrera d’ailleurs 198 condos locatifs en juillet prochain, tandis qu’on coulera les fondations de la seconde au printemps sur le terrain tout juste à l’ouest. Selon les projections, le promoteur devrait maintenir le rythme d’un nouveau chantier par année jusqu’en 2023, ce qui totalisera des investissements de l’ordre d’un demi-milliard de dollars.

Patience

Si les choses ont l’air à se précipiter, il faut savoir que le promoteur possède depuis déjà plus de 15 ans ce terrain de 440 000 pieds carrés situé à proximité du quartier des affaires et à un jet de pierre du Carrefour Laval.

C’est en 2002 que le Groupe Saroukian, basé à Edmonton, en Alberta, en a fait l’acquisition auprès de la chaîne d’alimentation canadienne, Sobeys.

Son président-directeur général, George Saroukian, était une des têtes d’affiche du 4e Forum immobilier de Laval, le 20 novembre, où il est venu dévoiler l’ambitieux projet qu’il a baptisé Central Parc Laval.

Le rez-de-chaussée de la tour initiale sera occupé par des commerces, alors que la quatrième phase, dont la mise en chantier est prévue en 2021, privilégiera un concept hybride à la faveur d’un volet hôtelier.

Hauteur

Enfin, si trois des six tours du projet excèdent la hauteur maximale des 15 étages prévue au schéma d’aménagement révisé, c’est que les demandes de permis avaient été déposées avant l’adoption du fameux règlement de contrôle intérimaire (RCI), entré en vigueur le 14 mars 2017. Ce règlement, rappelons-le, visait à faire le pont jusqu’à ce que Québec avalise le nouveau schéma d’aménagement de la Ville.

Ainsi, à l’instar du projet Équinoxe Lévesque, une tour d’habitation de 26 étages qui s’est élevée l’été dernier dans un secteur plafonné à 15 et qui avait provoqué une levée de boucliers dans le voisinage, les tours de Central Parc n’étaient assujetties à aucune limite de hauteur.

La première et la quatrième tour culmineront à 22 étages, alors que la prochaine à être mise en chantier s’élèvera à 18 niveaux. Les trois autres se limiteront à 15 étages.

 

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page