Connectez-vous à nous

Un Lavallois pour coacher les gardiens du Rocket

Sports

Un Lavallois pour coacher les gardiens du Rocket

CLUB-ÉCOLE. Assistant Vincent Riendeau depuis quatre ans auprès des jeunes cerbères du club-école du Canadien de Montréal, en plus d’être instructeur-vidéo, Marco Marciano sera seul cette année à les conseiller et tenter de corriger leurs lacunes.

Commentaires

«Une bonne bataille est encore à prévoir entre Charlie Lindgren, Zachary Fucale et Michael McNiven qui sont tous d’excellents prospects», de confier l’ancien joueur des clubs de Duvernay et Saint-Vincent-de-Paul, du temps que l’aréna Yvon-Chartrand s’appelait encore Concorde.

«J’essaie de garder le contact et savoir comment se passe leur été, de continuer un Marco Marciano fier de revenir à la maison. Je pratique une fois par semaine avec certains d’entre eux, notamment Fucale et McNiven, en apportant un raffinement technique et leur présentant déjà des situations de matchs. Je veux les préparer le mieux possible pour le camp du Canadien.»

Carrière d’entraîneur

Pour sa part, Vincent Riendeau assumera de nouvelles fonctions à titre de recruteur professionnel.

«Ça fait longtemps que je connais Vincent, raconte Marco Marciano. Ça date de notre association avec le Screaming Eagle de Cap-Breton, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. J’avais 21 ans. Nous avons développé de bons gardiens comme Marc-André Fleury et Martin Houle.»

Dès l’âge de 17 ans, le Lavallois s’était fait remarquer à la barre du Laval-Laurentides-Lanaudière (les 3L), dans le midget 3A.

Quelques années plus tard, Vincent Riendeau recommandera Marco Marciano auprès du Canadien de Montréal, du temps où les espoirs du club évoluaient au sein des Bulldogs d’Hamilton, avant de déménager à Terre-Neuve et devenir les Ice Caps de St-John’s. Une association qui perdure et se renforce depuis.

«Une bonne bataille est encore à prévoir entre Charlie Lindgren, Zachary Fucale et Michael McNiven qui sont tous d’excellents prospects», de confier l’ancien joueur des clubs de Duvernay et Saint-Vincent-de-Paul, du temps que l’aréna Yvon-Chartrand s’appelait encore Concorde.

«J’essaie de garder le contact et savoir comment se passe leur été, de continuer un Marco Marciano fier de revenir à la maison. Je pratique une fois par semaine avec certains d’entre eux, notamment Fucale et McNiven, en apportant un raffinement technique et leur présentant déjà des situations de matchs. Je veux les préparer le mieux possible pour le camp du Canadien.»

Carrière d’entraîneur

Pour sa part, Vincent Riendeau assumera de nouvelles fonctions à titre de recruteur professionnel.

«Ça fait longtemps que je connais Vincent, raconte Marco Marciano. Ça date de notre association avec le Screaming Eagle de Cap-Breton, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. J’avais 21 ans. Nous avons développé de bons gardiens comme Marc-André Fleury et Martin Houle.»

Dès l’âge de 17 ans, le Lavallois s’était fait remarquer à la barre du Laval-Laurentides-Lanaudière (les 3L), dans le midget 3A.

Quelques années plus tard, Vincent Riendeau recommandera Marco Marciano auprès du Canadien de Montréal, du temps où les espoirs du club évoluaient au sein des Bulldogs d’Hamilton, avant de déménager à Terre-Neuve et devenir les Ice Caps de St-John’s. Une association qui perdure et se renforce depuis.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Sports

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page