Connectez-vous à nous

Un incubateur technologique en mobilité intelligente

Actualités

Un incubateur technologique en mobilité intelligente

PARTENARIAT.. L’amélioration de la desserte en transport sur le territoire passera par un Centre d’incubation et d’accélération en mobilité intelligente (CIAMIL).

Commentaires

Cet incubateur est le fruit d’une entente de partenariat stratégique, dévoilée le 26 janvier, impliquant la Ville, sa société de transport public (STL) et la Coop Taxi Laval, lesquelles piloteront sa mise en œuvre.

Le CIAMIL hébergera des entreprises spécialisées dans le développement d’applications et de technologies visant à faciliter la mobilité des personnes, notamment dans les parcs industriels et principaux secteurs d’emploi de la municipalité.

Incidemment, la Ville a chargé la direction générale adjointe au développement économique de mener à bien ce projet.

Recette

Pour le maire Marc Demers, cette entente s’inscrit dans la mise en œuvre du plan stratégique Laval 2020.

Cette planification quinquennale table, entre autres, sur la mobilité active et durable, la mise en commun des expertises et le développement de secteurs d’excellence.

«Les nouvelles solutions qui seront élaborées au CIAMIL permettront notamment d’offrir des services toujours plus performants à nos citoyens.»

Même son de cloche du côté de la Société de transport de Laval, où le président du conseil, David De Cotis, y voit un développement accéléré des technologies innovantes qui profitera à la clientèle.

Quant à la Coop, son président George Tannous se réjouit d’être partie prenante de ce projet mobilisateur initié par la Ville et la STL.

Critiques

S’il reconnaît la nécessité d’une nouvelle offre de service et des technologiques innovantes pour améliorer la mobilité des Lavallois, le chef du Parti Laval, Michel Trottier, juge que l’administration Demers fait fausse route avec cette entente stratégique.

«Actuellement, seuls des partenaires traditionnels sont inclus dans cette entente, alors que toutes les plateformes d’auto-partage et organismes expérimentés, tels Vivre en ville ou Vélo Québec ne sont pas impliqués dans ces réflexions», a-t-il réagi au lendemain de l’annonce, tout en déplorant une fois de plus le recours aux fonds publics.

Son collègue au conseil Jean Coupal en a rajouté, allant même jusqu’à questionner l’objectif derrière ce partenariat tripartite: «Il semble plutôt viser la modernisation des plateformes déjà existantes de la STL et COOP Taxi au lieu démontrer un réel intérêt pour l’émergence de nouvelles plateformes de mobilité intelligente.»

Étapes à venir

À la séance du conseil du 7 février, les élus entérineront cette entente signée le 12 décembre 2016 à laquelle s’opposeront les trois élus du Parti Laval.

Une semaine plus tard, les partenaires prévoient compléter le modèle d’affaires et le budget préliminaire du Centre d’incubation et d’accélération en mobilité intelligente, qui occupera un bâtiment de 40 000 pieds carrés appartenant à la STL.

L’incubateur doit être en service d’ici le 30 juin prochain.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page