Connectez-vous à nous

Un Cyrano revisité à la SAM

Culture

Un Cyrano revisité à la SAM

Pour sa 14e production, la Comédie Humaine se penche sur les complexes du trio de protagonistes au cœur de Cyrano de Bergerac, le chef-d’œuvre théâtral d’Edmond Rostand présenté le vendredi 14 décembre à la salle André-Mathieu.

«Cyrano est complexé par son nez, Christian par son incapacité à parler d’amour et Roxane par sa nature de précieuse qui s’effacera quand elle tombera amoureuse, raconte Martin Lavigne, directeur artistique de la Comédie Humaine. C’est une œuvre qui résonne encore aujourd’hui, avec des enjeux comme le dépassement, la confiance et l’estime de soi, dans un contexte de conflit armé et jeu de pouvoir.»

«Depuis plus de 120 ans, chaque génération a été séduite par la grandeur d’âme, l’héroïsme, la sensibilité, l’humour ravageur et l’arrogance de ce fameux Cyrano», exprime pour sa part Michèle Deslauriers, à qui on a confié la mise en scène.

Garder l’essentiel

Pour rejoindre le public des années 2000, Martin Lavigne a réduit ce monument littéraire de 3 heures et demi à 100 minutes, concentrant l’action autour du triangle amoureux et cette phrase de la mère de Cyrano: «Ma mère ne m’a pas trouvé beau».

«J’ai enlevé les éléments désuets en gardant l’essence de l’œuvre et ce qui est beau dans le texte, continue-t-il. Le rythme de cette langue en vers possède une parenté avec le slam et le rap. Également, on a encore besoin de se faire parler de héros qui se battent contre le mensonge et la bêtise humaine. Faut reprendre confiance en soi et aller au bout de nos idées avec sincérité et non pour l’appât du gain.»

On sait qu’Edmond Rostand a écrit cette comédie héroïque à la toute fin du XIXe siècle «pour redonner la flamme et des étoiles dans les yeux au peuple français après de sévères défaites militaires», précise Martin Lavigne.

«Cette œuvre parle de la nature humaine dans un retour aux sources, celui de la déclaration d’amour et son romantisme.»

 – Martin Lavigne, directeur artistique

Distribution

Dans le rôle-titre, Hugo Giroux ne portera pas de prothèse tel que le veut la tradition. Son nez sera accentué par de simples effets de maquillage.

«Cyrano est un soldat, un guerrier, et en même temps, un gars fragile et romantique, souligne Martin Lavigne. Je le voulais donc à la fois rustre et sensible.»

Mélanie Pilon, Guillaume Champoux, Marc-François Blondin, Émile Beaudry, Stéphane Brulotte, Camille Poirier et Gabriel De Santis-Caron complètent l’équipe d’interprètes qui sillonne le Québec depuis la mi-octobre, plus de 70 représentations étant prévues durant la tournée.

La Comédie Humaine présente «Cyrano de Bergerac», texte d’Edmond Rostand, mise en scène de Michèle Deslauriers, le vendredi 14 décembre, à 19h30, à la salle André-Mathieu (475, boulevard de l’Avenir). Information: 450 667-2040.

Commentaires

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page