Connectez-vous à nous

Un article de fumeur cause un autre incendie

Faits divers

Un article de fumeur cause un autre incendie

FAIT DIVERS. Deux citoyens devront être relogés après qu’un incendie eut causé des milliers de dollars en dommages à leur résidence de Saint-François.

Commentaires

L’appel à l’aide a été fait à 20h38 et les pompiers sont arrivés au 6269, rue Boutin six minutes plus tard. À ce moment, des flammes étaient apparentes à l’arrière de la maison d’un étage et de la fumée s’échappait du toit.

Les deux occupants des lieux étaient déjà à l’extérieur, aucun sauvetage n’a donc été requis. Les pompiers ont retracé l’origine de l’incendie à la jonction de la terrasse arrière et du mur extérieur, un article de fumeur n’ayant pas été jeté dans un contenant sécuritaire. Les dommages à la structure sont évalués à 75 000 $ alors que les pertes intérieures s’élèvent à 20 000 $.

C’est le deuxième incendie causé par un article de fumeur recensé sur le territoire en 10 jours, le premier étant à Fabreville le 31 juillet.

«Il faut toujours disposer des mégots de cigarette dans un cendrier stable et prévu à cet effet», rappelle Michel Durocher, chef aux opérations au Service de sécurité incendie de la Ville de Laval.

L’appel à l’aide a été fait à 20h38 et les pompiers sont arrivés au 6269, rue Boutin six minutes plus tard. À ce moment, des flammes étaient apparentes à l’arrière de la maison d’un étage et de la fumée s’échappait du toit.

Les deux occupants des lieux étaient déjà à l’extérieur, aucun sauvetage n’a donc été requis. Les pompiers ont retracé l’origine de l’incendie à la jonction de la terrasse arrière et du mur extérieur, un article de fumeur n’ayant pas été jeté dans un contenant sécuritaire. Les dommages à la structure sont évalués à 75 000 $ alors que les pertes intérieures s’élèvent à 20 000 $.

C’est le deuxième incendie causé par un article de fumeur recensé sur le territoire en 10 jours, le premier étant à Fabreville le 31 juillet.

«Il faut toujours disposer des mégots de cigarette dans un cendrier stable et prévu à cet effet», rappelle Michel Durocher, chef aux opérations au Service de sécurité incendie de la Ville de Laval.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à la retraite

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Faits divers

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page