Connectez-vous à nous

Surplus consolidé de 3,3 % en 2016

Actualités

Surplus consolidé de 3,3 % en 2016

FINANCES PUBLIQUES. Déposé au dernier conseil municipal, le rapport financier consolidé de la Ville en 2016 affiche un surplus de 3,3 % de son budget d’opération, soit 27,1 M$.

Commentaires

«Une gestion serrée nous a permis d’atteindre notre cible de dépense en aménageant une réserve prudente appropriée, a déclaré le maire Marc Demers par voie de communiqué, le 3 mai. Comme il nous est interdit de faire un déficit, le maintien de léger surplus est nécessaire pour faire face aux imprévus.»

Ventilation

Ce surplus réalisé sur un budget de 810,5 M$ s’explique, entre autres, par la récupération de 8,5 M$ de sommes payées injustement sous l’ancien régime corrompu, des revenus d’intérêts soit 2,9 M$ plus élevés que prévus et des fruits de la vente de terrain 1,4 M$ de plus que ce qui avait été budgété.

Des économies de l’ordre de 8,5 M$ en frais de financement complètent le tableau.

Dépenses en immobilisations

Par ailleurs, l’exercice terminé le 31 décembre dernier témoigne d’une «solide performance» en termes de dépenses en immobilisation réalisées.

Cela double les investissements de 2015, qui passent de 99,6 à 202 M$.

Ces sommes investies se ventilent ainsi: 83,1 M$ en projets et 95,2 M$ en programmes tels que prévus au plan triennal d’immobilisation (PTI) pour l’année 2016, alors que 24,5 M$ n’étaient pas budgétés.

Il s’agit d’une contribution de 20 M$ à la Cité de la culture et du sport et de 4,5 M$ pour des opérations cadastrales aux fins de parc, précise la porte-parole de la Ville, Nadine Lussier.

Enfin, l’administration Demers rappelle s’être dotée de mécanismes de saine gestion des fonds publics, tels la Politique de gestion contractuelle et le Cadre de gouvernance des projets et programmes d’envergure.

«Une gestion serrée nous a permis d’atteindre notre cible de dépense en aménageant une réserve prudente appropriée, a déclaré le maire Marc Demers par voie de communiqué, le 3 mai. Comme il nous est interdit de faire un déficit, le maintien de léger surplus est nécessaire pour faire face aux imprévus.»

Ventilation

Ce surplus réalisé sur un budget de 810,5 M$ s’explique, entre autres, par la récupération de 8,5 M$ de sommes payées injustement sous l’ancien régime corrompu, des revenus d’intérêts soit 2,9 M$ plus élevés que prévus et des fruits de la vente de terrain 1,4 M$ de plus que ce qui avait été budgété.

Des économies de l’ordre de 8,5 M$ en frais de financement complètent le tableau.

Dépenses en immobilisations

Par ailleurs, l’exercice terminé le 31 décembre dernier témoigne d’une «solide performance» en termes de dépenses en immobilisation réalisées.

Cela double les investissements de 2015, qui passent de 99,6 à 202 M$.

Ces sommes investies se ventilent ainsi: 83,1 M$ en projets et 95,2 M$ en programmes tels que prévus au plan triennal d’immobilisation (PTI) pour l’année 2016, alors que 24,5 M$ n’étaient pas budgétés.

Il s’agit d’une contribution de 20 M$ à la Cité de la culture et du sport et de 4,5 M$ pour des opérations cadastrales aux fins de parc, précise la porte-parole de la Ville, Nadine Lussier.

Enfin, l’administration Demers rappelle s’être dotée de mécanismes de saine gestion des fonds publics, tels la Politique de gestion contractuelle et le Cadre de gouvernance des projets et programmes d’envergure.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page