Connectez-vous à nous

Soutien à la mission et vocation scientifique

Actualités

Soutien à la mission et vocation scientifique

SUBVENTION. Trois institutions muséales lavalloises, le Cosmodôme-camp spatial Canada (650 000 $),le Musée Armand-Frappier (450 000 $) et Éco-Nature, Parc de la Rivière-des-Mille-Îles (225 000 $), ont reçu une attribution financière de plus de 1,3 M$ de la part du gouvernement provincial.

Commentaires

La ministre de la Culture et des Communications, Marie Montpetit, et la ministre responsable de la région de Laval, Francine Charbonneau, ont annoncé un investissement ponctuel de 3 M$ pour neuf institutions muséales à travers la province lors d’une visite au Cosmodôme, le 26 mars.

Cette aide financière est accordée pour soutenir la mission et la programmation à vocation scientifique et technologique de ces institutions reconnues par le Ministère.  

«Dans la poursuite de leur mission, nos musées sont devenus des lieux de connaissances et de découvertes offrant aux visiteurs l’occasion de vivre une expérience unique et enrichissante, mentionne la ministre Montpetit en point de presse. Nos musées alimentent la curiosité des jeunes pour les sciences. On se démarque aussi à l’international par l’innovation.»

Écoute

Le directeur général du Cosmodôme, Marc DeBlois, a vanté l’écoute des députés Monique Sauvé, Jean Habel, Guy Ouellette, et Francine Charbonneau.

«Ça faisait cinq ans que nous voulions être soutenus et que nous travaillions pour obtenir ce financement, souligne M. DeBlois. Nous étions reconnus, mais non soutenus. Les députés nous ont écoutés, mais ils nous ont surtout entendus. Cet argent soutiendra nos projets structurants, dont le renouvellement de la navette spatiale. Le Cosmodôme a un rôle fondamental et éducatif.»

M. DeBlois admet que cette mesure transitoire bénéficiera aussi aux deux autres organismes.

Exposition temporaire

La directrice générale du Musée Armand-Frappier, Guylaine Archambault, n’a pas caché sa joie. «Ça fait deux que nous travaillons à sensibiliser le gouvernement pour soutenir les musées de sciences, explique Mme Archambault. Cela nous permettra de continuer la dynamisation de notre programmation et aussi la mutation du Musée Armand-Frappier en Bio-Centre.»

Dès septembre, le Musée Armand-Frappier offrira une exposition temporaire provenant du Musée de l’homme de Paris, permettant d’apporter un échange scientifique ayant un enjeu sociétal: le racisme.

Centre d’interprétation

Pour sa part, le directeur général d’Éco-Nature, Luc Ménard, a indiqué que ce montant d’argent servira au renouvellement de l’exposition permanente et l’aménagement d’espaces scientifiques, dont la construction du nouveau pavillon d’accueil du Parc de la Rivière-des-Mille-Îles. Ce bâtiment devrait être livré en septembre. «Nous sommes déjà reconnus institutions muséales depuis 2001, souligne-t-il. L’exposition compte cinq ou six thématiques qui couvrent autant le volet historique et scientifique. Nous avons une salle pouvant accueillir 70 personnes avec estrade amovible et un laboratoire. Notre avantage, c’est que nous avons un musée grandeur nature: la rivière de 42 kilomètres.»

Enfin, la ministre Charbonneau s’est réjouie de cette annonce touchant trois organismes de la région de Laval. «Nos musées sont des moteurs de développement socioculturel, économique et touristique. D’ailleurs, des jeunes de New York visitent présentement le Cosmodôme.» 

La ministre de la Culture et des Communications, Marie Montpetit, et la ministre responsable de la région de Laval, Francine Charbonneau, ont annoncé un investissement ponctuel de 3 M$ pour neuf institutions muséales à travers la province lors d’une visite au Cosmodôme, le 26 mars.

Cette aide financière est accordée pour soutenir la mission et la programmation à vocation scientifique et technologique de ces institutions reconnues par le Ministère.  

«Dans la poursuite de leur mission, nos musées sont devenus des lieux de connaissances et de découvertes offrant aux visiteurs l’occasion de vivre une expérience unique et enrichissante, mentionne la ministre Montpetit en point de presse. Nos musées alimentent la curiosité des jeunes pour les sciences. On se démarque aussi à l’international par l’innovation.»

Les députés et ministres posent en compagnie de Guylaine Archambault (Musée Armand-Frappier), Marc DeBlois (Cosmodôme) et Luc Ménard (Éco-Nature).Les députés et ministres posent en compagnie de Guylaine Archambault (Musée Armand-Frappier), Marc DeBlois (Cosmodôme) et Luc Ménard (Éco-Nature).  ©Photo – Photo 2M.Media – Vincent Graton

Écoute

Le directeur général du Cosmodôme, Marc DeBlois, a vanté l’écoute des députés Monique Sauvé, Jean Habel, Guy Ouellette, et Francine Charbonneau.

«Ça faisait cinq ans que nous voulions être soutenus et que nous travaillions pour obtenir ce financement, souligne M. DeBlois. Nous étions reconnus, mais non soutenus. Les députés nous ont écoutés, mais ils nous ont surtout entendus. Cet argent soutiendra nos projets structurants, dont le renouvellement de la navette spatiale. Le Cosmodôme a un rôle fondamental et éducatif.»

M. DeBlois admet que cette mesure transitoire bénéficiera aussi aux deux autres organismes.

Exposition temporaire

La directrice générale du Musée Armand-Frappier, Guylaine Archambault, n’a pas caché sa joie. «Ça fait deux que nous travaillons à sensibiliser le gouvernement pour soutenir les musées de sciences, explique Mme Archambault. Cela nous permettra de continuer la dynamisation de notre programmation et aussi la mutation du Musée Armand-Frappier en Bio-Centre.»

Dès septembre, le Musée Armand-Frappier offrira une exposition temporaire provenant du Musée de l’homme de Paris, permettant d’apporter un échange scientifique ayant un enjeu sociétal: le racisme.

Centre d’interprétation

Pour sa part, le directeur général d’Éco-Nature, Luc Ménard, a indiqué que ce montant d’argent servira au renouvellement de l’exposition permanente et l’aménagement d’espaces scientifiques, dont la construction du nouveau pavillon d’accueil du Parc de la Rivière-des-Mille-Îles. Ce bâtiment devrait être livré en septembre. «Nous sommes déjà reconnus institutions muséales depuis 2001, souligne-t-il. L’exposition compte cinq ou six thématiques qui couvrent autant le volet historique et scientifique. Nous avons une salle pouvant accueillir 70 personnes avec estrade amovible et un laboratoire. Notre avantage, c’est que nous avons un musée grandeur nature: la rivière de 42 kilomètres.»

Enfin, la ministre Charbonneau s’est réjouie de cette annonce touchant trois organismes de la région de Laval. «Nos musées sont des moteurs de développement socioculturel, économique et touristique. D’ailleurs, des jeunes de New York visitent présentement le Cosmodôme.» 

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page