Connectez-vous à nous
terrasses
Les terrasses seront ouvertes le 28 mai. (Photo 2M.Media archives)

COVID-19

Rouge, orange, jaune, vert

Le gouvernement Legault propose aux Québécois un atterrissage progressif qui s’amorcera le 31 mai: toutes les régions passeront au vert d’ici le 28 juin, si la situation épidémiologique ne se détériore pas. Laval peut donc espérer passer au niveau orange dans un peu moins de deux semaines.

Le plan de déconfinement présenté le 18 mai par le premier ministre François Legault s’est amorcé par une première bonne nouvelle : on prévoit que 75% de la population québécoise adulte sera vaccinée le 15 juin. L’objectif initial du 24 juin est donc devancé de neuf jours.

La séquence de déconfinement s’articule autour de trois dates, espacées de deux semaines chacune, soit le 31 mai, le 14 juin et le 28 juin.

31 mai

«La grande majorité des régions [qui sont à un palier d’alerte supérieur] vont passer au orange», a annoncé François Legault. C’est le cas de Laval, qui restera en zone rouge d’ici cette date.

Les principaux changements associés à ce changement de palier se feront sentir dans les restaurants, qui pourront rouvrir et dans les écoles secondaires, où les élèves pourront retourner en classe à plein temps.

14 juin

La majorité des régions passeront au jaune à cette date.

L’impact principal se fera sentir dans les résidences privées, où les personnes résidant à deux adresses différentes pourront se rassembler. Les sports d’équipe pourront reprendre à l’extérieur. Les bars, brasseries, tavernes et casinos seront ouverts.

28 juin

Si tout se passe comme prévu, la majorité des régions passeront au vert à cette date.  La reprise d’une vie sociale encore interdite aujourd’hui se concrétisera avec le feu vert aux rassemblements de 10 personnes provenant de 3 résidences différentes à l’intérieur. Les sports d’équipe à l’intérieur pourront également reprendre.

Fin du couvre-feu le 28 mai

Le 28 mai sera marqué par cinq mesures d’assouplissement pour toutes les régions: levée du couvre-feu; ouverture des terrasses des restaurants; permission des rassemblements de huit personnes dans les arrière-cours privées; le feu vert pour les déplacements entre les régions; l’accueil d’un maximum de 2 500 personnes dans les stades ou les salles, réparties dans des sections d’une capacité de 250 personnes.

Vaccination des 12 à 17 ans

Le gouvernement entend compléter les deux doses de vaccin pour cette tranche d’âge dès la fin août, comme il estime pouvoir le faire pour le reste de la population, en devançant la vaccination des personnes qui ont leur second rendez-vous en septembre.

Le modus operandi précis pour la vaccination des adolescents sera annoncé le 20 mai. Le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé a toutefois mentionné que le processus s’amorcera «avant la fin mai», pour se poursuivre en juin. La deuxième dose serait administrée entre la mi et la fin août.

Preuve vaccinale et code QR

Rien de précis n’a filtré au sujet de la preuve de vaccination qu’il serait éventuellement obligatoire de produire pour être admissible à certaines activités. «On n’est pas encore rendu là. On attend l’opinion de la Santé publique», a dit le ministre Dubé, qui a néanmoins encouragé les Québécois à se procurer le code QR (preuve électronique), en prévision du moment où il serait exigé.

On doit faire la demande à l’établissement de santé et de services sociaux de la région où le vaccin a été administré pour recevoir ce code. Quelque 300 000 personnes l’ont déjà reçu et 400 000 autres sont sur le point de le recevoir.

Priorité des commerçants: prévisibilité

Ce plan de déconfinement est susceptible de plaire à la communauté d’affaires de Laval, qui a été, comme dans d’autres régions, malmenée depuis un an. Les réalités vécues sont toutefois différentes d’un secteur à l’autre.

«Pour les secteurs fragilisés, comme le tourisme, le divertissement, la restauration, on a besoin d’un plan bien articulé. Le mot-clé est prévisibilité», a souligné la PDG de la Chambre de commerce de Laval, Caroline de Guire, avant l’annonce du gouvernement.

Caroline De Guire, PDG de la Chambre. (Photo gracieuseté)

«Pour les autres secteurs qui ont performé [malgré la pandémie], on vit déjà une pénurie de main-d’œuvre aggravée. Il y aura une pression énorme quand les autres secteurs vont réouvrir», analyse Mme Deguire.

Commentaires

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page