Connectez-vous à nous

«Pour nous, le Jour de la Terre c’est tous les jours» – Angela Aurucci

Actualités

«Pour nous, le Jour de la Terre c’est tous les jours» – Angela Aurucci

Le Quartier vert du Marigot (QVM) a profité de la grande corvée à laquelle il participait dans le bois du Souvenir, le 22 avril, pour relancer ses revendications à la faveur d’un écoquartier dans le secteur de Pont-Viau et Laval-des-Rapides.

Commentaires

«Pour nous, au Quartier vert, le Jour de la Terre c’est tous les jours», a déclaré Angela Aurucci, administratrice au sein de cet organisme qui promeut l’agriculture urbaine et le développement durable.

«C’est pourquoi, depuis une dizaine d’années, nous rêvons et militons pour la création d’un premier écoquartier à Laval. Cela permettrait aux citoyens du quartier de participer à des actions écoresponsables au quotidien», a enchaîné Mme Aurucci qui lançait une pétition pour faire pression sur le pouvoir municipal.

Déplorant le fait ne pas être soutenu financièrement par la Ville, l’organisme s’était invité dans la dernière campagne municipale en faisant du financement du secteur communautaire un enjeu électoral.

Si l’idée d’un éco-quartier lavallois a germé lors d’un forum social régional en 2008, elle s’est depuis fortement inspirée du modèle qui essaime sur l’île de Montréal depuis l’implantation d’un premier éco-quartier il y a 25 ans.

Dans sa quête de financement public, le Quartier vert du Marigot est soutenu par le mouvement Pas de tours dans ma cour, un groupe citoyen connu pour avoir obtenu gain de cause en 2014 dans le controversé projet immobilier sur le site de la marina Commodore, de même que par les trois animatrices et bloggeuses du site lavallois En harmonie avec la Terre.

Jour de fête

Ces trois organisations communautaires étaient partie prenante du Grand Ramassage printanier qui a mobilisé une soixantaine de bénévoles dans le boisé du Souvenir.

«Ce Jour de la Terre est pour nous une fête», a pour sa part fait valoir le porte-parole des Amis de ce boisé, Daniel Desroches, rappelant que cet espace vert était désormais protégé.

«La protection offerte au bois du Souvenir par le nouveau schéma d’aménagement de la Ville de Laval garantit à nos enfants que ce milieu naturel ne sera ni développé ni détruit», a-t-il poursuivi.

Rappelons que le mouvement citoyen dont il est le porte-étendard a milité pendant plusieurs années pour sensibiliser les élus municipaux à la cause environnementale et les convaincre de renoncer au parachèvement du boulevard du Souvenir, un projet routier qui aurait détruit une dizaine d’hectares de ce corridor écologique au cœur de Laval-des-Rapides, précise-t-on.

«Pour nous, au Quartier vert, le Jour de la Terre c’est tous les jours», a déclaré Angela Aurucci, administratrice au sein de cet organisme qui promeut l’agriculture urbaine et le développement durable.

Ils étaient une soixantaine de bénévoles à prendre part à la corvée dans le bois du Souvenir le 22 avril, Jour de la Terre.Ils étaient une soixantaine de bénévoles à prendre part à la corvée dans le bois du Souvenir le 22 avril, Jour de la Terre.  ©Photo – Photo 2M.Media – Vincent Graton

«C’est pourquoi, depuis une dizaine d’années, nous rêvons et militons pour la création d’un premier écoquartier à Laval. Cela permettrait aux citoyens du quartier de participer à des actions écoresponsables au quotidien», a enchaîné Mme Aurucci qui lançait une pétition pour faire pression sur le pouvoir municipal.

Déplorant le fait ne pas être soutenu financièrement par la Ville, l’organisme s’était invité dans la dernière campagne municipale en faisant du financement du secteur communautaire un enjeu électoral.

Si l’idée d’un éco-quartier lavallois a germé lors d’un forum social régional en 2008, elle s’est depuis fortement inspirée du modèle qui essaime sur l’île de Montréal depuis l’implantation d’un premier éco-quartier il y a 25 ans.

Dans sa quête de financement public, le Quartier vert du Marigot est soutenu par le mouvement Pas de tours dans ma cour, un groupe citoyen connu pour avoir obtenu gain de cause en 2014 dans le controversé projet immobilier sur le site de la marina Commodore, de même que par les trois animatrices et bloggeuses du site lavallois En harmonie avec la Terre.

Jour de fête

Ces trois organisations communautaires étaient partie prenante du Grand Ramassage printanier qui a mobilisé une soixantaine de bénévoles dans le boisé du Souvenir.

«Ce Jour de la Terre est pour nous une fête», a pour sa part fait valoir le porte-parole des Amis de ce boisé, Daniel Desroches, rappelant que cet espace vert était désormais protégé.

«La protection offerte au bois du Souvenir par le nouveau schéma d’aménagement de la Ville de Laval garantit à nos enfants que ce milieu naturel ne sera ni développé ni détruit», a-t-il poursuivi.

Rappelons que le mouvement citoyen dont il est le porte-étendard a milité pendant plusieurs années pour sensibiliser les élus municipaux à la cause environnementale et les convaincre de renoncer au parachèvement du boulevard du Souvenir, un projet routier qui aurait détruit une dizaine d’hectares de ce corridor écologique au cœur de Laval-des-Rapides, précise-t-on.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page