Connectez-vous à nous

Pour le maintien des Centres d’assistance et d’accompagnement aux plaintes

Actualités

Pour le maintien des Centres d’assistance et d’accompagnement aux plaintes

REVENDICATION. Le Comité des usagers du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Laval revendique non seulement le maintien des Centres d’assistance et d’accompagnement aux plaintes (CAAP), mais également leur renforcement.

Commentaires

Une résolution d’appui à ces centres a été adoptée unanimement lors d’une réunion tenue le 25 avril.
«Dans le contexte actuel, avec la mise en place des CISSS, les mécanismes de défense des droits des usagers du réseau sont déjà peu nombreux», affirme le Comité des usagers, qui en veut pour preuve la présence d’un seul commissaire aux plaintes pour un Centre intégré de santé et de services sociaux comme celui de Laval.
Devant une machine administrative de l’envergure des CISSS, les CAAP deviennent un outil encore plus essentiel pour les citoyens «désireux de faire connaître leur insatisfaction à l’égard d’un service reçu», peut-on également lire dans un communiqué publié le 28 avril.
Cette sortie publique fait suite à une recommandation du Regroupement provincial des comités des usagers (RPCU) à l’effet que les responsabilités assumées par les CAAP soient dorénavant transférées aux Comités des usagers.
«Une telle hypothèse est une totale aberration, soutient le Comité du CSSS Laval. Cela constituerait sans nul doute un affaiblissement majeur de la possibilité pour le citoyen de porter plainte.»
Enfin, le comité régional est «profondément convaincu que si les bénévoles qui composent les comités des usagers étaient consultés, ils n’endosseraient pas la proposition du RPCU […] qui prétend les représenter».

Une résolution d’appui à ces centres a été adoptée unanimement lors d’une réunion tenue le 25 avril.
«Dans le contexte actuel, avec la mise en place des CISSS, les mécanismes de défense des droits des usagers du réseau sont déjà peu nombreux», affirme le Comité des usagers, qui en veut pour preuve la présence d’un seul commissaire aux plaintes pour un Centre intégré de santé et de services sociaux comme celui de Laval.
Devant une machine administrative de l’envergure des CISSS, les CAAP deviennent un outil encore plus essentiel pour les citoyens «désireux de faire connaître leur insatisfaction à l’égard d’un service reçu», peut-on également lire dans un communiqué publié le 28 avril.
Cette sortie publique fait suite à une recommandation du Regroupement provincial des comités des usagers (RPCU) à l’effet que les responsabilités assumées par les CAAP soient dorénavant transférées aux Comités des usagers.
«Une telle hypothèse est une totale aberration, soutient le Comité du CSSS Laval. Cela constituerait sans nul doute un affaiblissement majeur de la possibilité pour le citoyen de porter plainte.»
Enfin, le comité régional est «profondément convaincu que si les bénévoles qui composent les comités des usagers étaient consultés, ils n’endosseraient pas la proposition du RPCU […] qui prétend les représenter».

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page