Connectez-vous à nous

Plus de 455 000 $ à neuf organismes lavallois

Actualités

Plus de 455 000 $ à neuf organismes lavallois

COMMUNAUTAIRE. Neuf regroupements de Laval sont les récipiendaires de subventions non récurrentes octroyées par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport totalisant 455 003 $. Ils auront deux ans pour dépenser ces milliers de dollars en lien avec la réussite éducative.

Commentaires

Dans l’est, l’aide financière pour la Maison de la Famille de Saint-François est de 66 786 $. Martine Gagnon, directrice générale, ne manque pas d’idées quant aux projets comprenant, entre autres, la mise à jour du parc informatique, l’ajout de nouvelles activités, de la formation pour l’équipe en place, qui compte de nouveaux membres, et la promotion de l’organisme, dont c’est le 20e anniversaire cette année.

«C’est un joyeux casse-tête! dit-elle. Nous n’avions pas eu d’augmentation depuis des années, sauf l’an passé, et on veut profiter de ce momentum. Il faut faire les bons choix et y aller selon les demandes pour que ce soit le mieux pour tout le monde», dit-elle.

Au Relais du Quartier de Saint-Vincent-de-Paul, la subvention s’élève à 79 760 $ et en le moment, il est encore trop tôt pour déterminer où ira l’argent, raconte Martine Proulx, directrice.

«On sait cependant que 10 000 $ serviront à la halte-garderie et le reste viendra soutenir les parents, mais on se sait pas encore de quelle façon. Nous sommes en démarche de planification stratégique et il faudra regarder tout ça avec notre équipe de travail et le conseil d’administration», explique-t-elle.

Dans le comté du député Saul Polo, quatre organismes se partagent 175 447 $. La Parentèle de Laval reçoit 48 718 $ pour l’éveil à la lecture et l’écriture, alors que le Bureau d’aide et d’assistance familiale place Saint-Martin (BAAF), L’Entraide Pont-Viau et le Centre des femmes de Laval obtiennent respectivement 73 586, 45 645 et 7435 $.

Chomedey

Pour sa part, le député de Chomedey, Guy Ouellette, a fait savoir que deux groupes et une halte-garderie de son secteur figurent aussi sur la liste du Ministère.

Il s’agit du Centre communautaire Val-Martin, qui reçoit un premier montant de 54 485 $ à titre d’organisme et un deuxième de 16 530 $ pour son service de halte-garderie. De son côté, la Maison des enfants le Dauphin (MED) se voit octroyer 61 995 $.

«C’est une bonne nouvelle parce que ça nous permettra d’intensifier nos activités, révèle Stéphanie Leblanc, directrice de la MED, qui se réjouit de voir le travail reconnu par le gouvernement. Nous allons valoriser le rôle parental parce qu’il est important dans la réussite scolaire. L’argent arrive à point parce que nous avions le goût d’être là-dedans et ça nous permettra d’être encore plus efficaces.»

20 M$

Ce soutien financier provient d’une enveloppe de 20 M$ annoncée le 6 mars par le ministre Sébastien Proulx et dédiée aux organismes soutenus par le ministère de la Famille et regroupements offrant des haltes-garderies.

«Les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants et notre gouvernement réitère son souhait de les appuyer dans l’exercice de ce rôle, mentionne l’élu par voie de communiqué. Nous entendons faciliter le passage des tout-petits vers l’école et assurer leur réussite éducative, et pour ce faire, nous devons agir tôt et de manière concertée.»

Dans l’est, l’aide financière pour la Maison de la Famille de Saint-François est de 66 786 $. Martine Gagnon, directrice générale, ne manque pas d’idées quant aux projets comprenant, entre autres, la mise à jour du parc informatique, l’ajout de nouvelles activités, de la formation pour l’équipe en place, qui compte de nouveaux membres, et la promotion de l’organisme, dont c’est le 20e anniversaire cette année.

«C’est un joyeux casse-tête! dit-elle. Nous n’avions pas eu d’augmentation depuis des années, sauf l’an passé, et on veut profiter de ce momentum. Il faut faire les bons choix et y aller selon les demandes pour que ce soit le mieux pour tout le monde», dit-elle.

Au Relais du Quartier de Saint-Vincent-de-Paul, la subvention s’élève à 79 760 $ et en le moment, il est encore trop tôt pour déterminer où ira l’argent, raconte Martine Proulx, directrice.

«On sait cependant que 10 000 $ serviront à la halte-garderie et le reste viendra soutenir les parents, mais on se sait pas encore de quelle façon. Nous sommes en démarche de planification stratégique et il faudra regarder tout ça avec notre équipe de travail et le conseil d’administration», explique-t-elle.

Dans le comté du député Saul Polo, quatre organismes se partagent 175 447 $. La Parentèle de Laval reçoit 48 718 $ pour l’éveil à la lecture et l’écriture, alors que le Bureau d’aide et d’assistance familiale place Saint-Martin (BAAF), L’Entraide Pont-Viau et le Centre des femmes de Laval obtiennent respectivement 73 586, 45 645 et 7435 $.

Chomedey

Pour sa part, le député de Chomedey, Guy Ouellette, a fait savoir que deux groupes et une halte-garderie de son secteur figurent aussi sur la liste du Ministère.

Il s’agit du Centre communautaire Val-Martin, qui reçoit un premier montant de 54 485 $ à titre d’organisme et un deuxième de 16 530 $ pour son service de halte-garderie. De son côté, la Maison des enfants le Dauphin (MED) se voit octroyer 61 995 $.

«C’est une bonne nouvelle parce que ça nous permettra d’intensifier nos activités, révèle Stéphanie Leblanc, directrice de la MED, qui se réjouit de voir le travail reconnu par le gouvernement. Nous allons valoriser le rôle parental parce qu’il est important dans la réussite scolaire. L’argent arrive à point parce que nous avions le goût d’être là-dedans et ça nous permettra d’être encore plus efficaces.»

20 M$

Ce soutien financier provient d’une enveloppe de 20 M$ annoncée le 6 mars par le ministre Sébastien Proulx et dédiée aux organismes soutenus par le ministère de la Famille et regroupements offrant des haltes-garderies.

«Les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants et notre gouvernement réitère son souhait de les appuyer dans l’exercice de ce rôle, mentionne l’élu par voie de communiqué. Nous entendons faciliter le passage des tout-petits vers l’école et assurer leur réussite éducative, et pour ce faire, nous devons agir tôt et de manière concertée.»

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à la retraite

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page