Connectez-vous à nous

Plus de 100 artisans prennent le relais dans le Vieux-Sainte-Rose

Culture

Plus de 100 artisans prennent le relais dans le Vieux-Sainte-Rose

ÉVÉNEMENT. Pour sa 19e édition, la Semaine des artisans de Laval ajoute deux sites aux cinq déjà existants pour répondre à l’engouement du public pour les produits du terroir et les créateurs de bijoux, vêtements, livres, broderie, ébénisterie, tissus et autres.

Commentaires

Bien installé dans le Vieux-Sainte-Rose, l’événement accueille une centaine d’artisans jusqu’au dimanche 7 août autour de l’église Sainte-Rose-de-Lima, le vieux couvent, des écoles Villemaire et Latour, ainsi que du Centre d’art Ste-Rose.

«Je connaissais la Semaine des artisans avant même d’y participer pour une seconde année, confie Nancy Afif, une résidente de Chomedey qui se spécialise dans les bijoux de perles et pierres précieuses depuis plus de 10 ans. L’emplacement s’avère autant beau que paisible. Il a quelque chose d’artisanal!»

Parmi les 19 festivals et marchés de Noël qu’il court chaque année, Gyuri Kürtos Kalacs apprécie particulièrement la Semaine des artisans qu’il fréquente pour une cinquième fois. L’odeur sucrée de ses gâteaux-cheminée, une tradition hongroise de pains briochés datant de trois siècles, ne manque pas d’attirer gourmands et gourmets.

«C’est toujours très bien organisé, affirme celui dont l’entreprise est basée à Vaudreuil-Dorion. Les gens sont fidèles et intéressés.»

Patricia Jodoin, de Créations Encore, des vêtements quatre saisons pour dame, et Frikha Hanen, qui offre des articles d’un bois stylisé principalement importé de pays méditerranéens, soulignent les mêmes qualités pour expliquer leur présence répétée à l’événement.

Une décennie

Il y a 10 ans, Annie Depont a pris la relève de Carole Laurence à la tête de la Semaine des artisans de Laval qui reçoit bon an mal an une dizaine de milliers de curieux et connaisseurs dans le Vieux-Sainte-Rose.

«C’est un feu d’artifice de savoir-faire! s’exclame-t-elle. Il est important de mettre en vitrine les gens qui font vivre ces métiers d’art, dont certains tombent un peu dans l’oubli, et qu’ils puissent expliquer leur passion à nos visiteurs.»

Jeanne Leclerc, qui adopte le nom professionnel de Madame Bizous depuis qu’elle coud des courtepointes, a travaillé durant 10 ans dans l’organisation lavalloise.

«Il y a une bonne variété d’artistes nous permettant de voir tout ce qui se fait comme métier d’art, précise l’artisane de Sainte-Anne-des-Lacs, dans les Laurentides. Là, après l’aquarelle et la poterie, je me suis lancée dans la courtepointe comme ma grand-mère faisait à l’époque!»

Information sur la Semaine des artisans de Laval: semainedesartisansdelaval.org.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page