Connectez-vous à nous

Pitbull abattu pendant l’arrestation de deux mafieux

Actualités

Pitbull abattu pendant l’arrestation de deux mafieux

VIMONT. Deux individus cagoulés sont entrés par effraction dans un domicile de la rue Antoine-Forestier vers 11h30, le 6 mai, avant de prendre la fuite, ce qui a conduit à leur arrestation par trois policiers, dont l’un a dû abattre un chien pitbull chargeant son collègue qui tentait de passer les menottes à son maître.

Commentaires

La scène s’est déroulée sur la voie de service de l’autoroute 13 nord en début d’après-midi après qu’une chasse à l’homme eut été engagée sur l’autoroute 440 ouest. Quand ils ont intercepté le véhicule des suspects, les patrouilleurs en ont fracassé une vitre.

Voyant son maître se débattre aux mains des policiers, jappant et se comportant déjà de façon agressive, selon la version policière, le pitbull s’est porté à son secours. C’est à ce moment qu’un agent a fait feu, achevant l’animal de deux dernières balles peu après, alors qu’il agonisait.

Précédemment, ces individus avaient commis une invasion de domicile dans une maison où se trouvait une dame de 49 ans, un jeune homme de 21 ans et adolescent de 12 ans. Ils avaient rebroussé chemin, n’ayant pas trouvé la personne qu’ils tentaient de rencontrer, soit le Lavallois Francesco Del Balso, 47 ans, un lieutenant du clan Rizzuto, qui a été arrêté quelques heures plus tard en raison d’un bris de condition, ne portant plus son bracelet GPS.

«Je ne suis pas là pour justifier ce qui s’est passé, mais cette intervention a été faite dans  les règles de l’art, a déclaré Pierre Brochet, directeur du Service de police de Laval. On parle d’une adresse connue des policiers et de criminalité de haut niveau, avec des gens sûrement armés et reliés au crime organisé.»

Le chef a rappelé les assassinats de trois leaders mafieux en sol lavallois depuis un an.

«Quant aux balles tirées pour mettre fin aux souffrances du chien, c’est du devoir d’un policier de faire usage de son arme à feu en pareille circonstance, a aussi mentionné Pierre Brochet. Cela se produit fréquemment en cours d’année quand un chevreuil, chat, chien agonisent.»
Âgés dans la mi-vingtaine et début trentaine, les deux prévenus font face à des accusations d’introduction par effraction, possession d’arme à feu et menaces, explique Evelyne Boudreau. Ils ont comparu dans l’après-midi du lundi 8 mai.

La scène s’est déroulée sur la voie de service de l’autoroute 13 nord en début d’après-midi après qu’une chasse à l’homme eut été engagée sur l’autoroute 440 ouest. Quand ils ont intercepté le véhicule des suspects, les patrouilleurs en ont fracassé une vitre.

Voyant son maître se débattre aux mains des policiers, jappant et se comportant déjà de façon agressive, selon la version policière, le pitbull s’est porté à son secours. C’est à ce moment qu’un agent a fait feu, achevant l’animal de deux dernières balles peu après, alors qu’il agonisait.

Précédemment, ces individus avaient commis une invasion de domicile dans une maison où se trouvait une dame de 49 ans, un jeune homme de 21 ans et adolescent de 12 ans. Ils avaient rebroussé chemin, n’ayant pas trouvé la personne qu’ils tentaient de rencontrer, soit le Lavallois Francesco Del Balso, 47 ans, un lieutenant du clan Rizzuto, qui a été arrêté quelques heures plus tard en raison d’un bris de condition, ne portant plus son bracelet GPS.

«Je ne suis pas là pour justifier ce qui s’est passé, mais cette intervention a été faite dans  les règles de l’art, a déclaré Pierre Brochet, directeur du Service de police de Laval. On parle d’une adresse connue des policiers et de criminalité de haut niveau, avec des gens sûrement armés et reliés au crime organisé.»

Le chef a rappelé les assassinats de trois leaders mafieux en sol lavallois depuis un an.

«Quant aux balles tirées pour mettre fin aux souffrances du chien, c’est du devoir d’un policier de faire usage de son arme à feu en pareille circonstance, a aussi mentionné Pierre Brochet. Cela se produit fréquemment en cours d’année quand un chevreuil, chat, chien agonisent.»
Âgés dans la mi-vingtaine et début trentaine, les deux prévenus font face à des accusations d’introduction par effraction, possession d’arme à feu et menaces, explique Evelyne Boudreau. Ils ont comparu dans l’après-midi du lundi 8 mai.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page