Connectez-vous à nous

Pierre Tremblay sent le vent tourner pour l’ADQ

Communauté

Pierre Tremblay sent le vent tourner pour l’ADQ

Candidat adéquiste dans Mille-Îles, Pierre Tremblay trouve «étrange» l’absence de sondage depuis le débat des chefs, le 25 novembre.

Commentaires

Sans crier au grand complot, ce spécialiste des communications fait remarquer que les médias n’ont cessé de multiplier les coups de sonde durant les trois premières semaines de la campagne, puis plus rien. À son avis, la performance de son chef lors du débat télévisé aurait contribué à renverser la vapeur. «Sur le terrain, on le voit bien; les gens sont moins distants et commencent à réviser leurs positions», fait-il valoir, confiant de combler l’écart de 4600 voix qui lui avait coûté, en 2007, le siège de Mille-Îles à l’Assemblée nationale. D’autant que le député libéral sortant, Maurice Clermont, ne sollicite pas de renouvellement de mandat.

Pour Pierre Tremblay, les sondages catastrophiques pour l’Action démocratique du Québec comme pour Mario Dumont qui, pour la première fois, était moins populaire que son parti ne reflètent plus la réalité postdébat.

Critiques démesurées

Par ailleurs, il déplore que l’ADQ ait été «jugé aussi sévèrement» depuis les dernières élections générales, où il avait remporté 41 comtés.

«Nous avons amené de nouvelles idées et relancé des débats», soutient-il, soulignant que le Parti libéral ne s’est jamais gêné pour s’en inspirer.

Au sujet de son chef, qui donne l’impression d’avoir abandonné Laval aux mains des libéraux, M. Tremblay n’a que de bons mots: «Mario a le courage de dire les vraies choses». Toujours selon lui, les gens ont beau faire preuve de cynisme envers la classe politique, ils continuent tout de même à voter pour ceux qui font pleuvoir les milliards de dollars en promesses électorales.

Enjeux locaux

Ex-directeur des promotions et du marketing à la station CKOI-FM, le candidat de l’ADQ cible pour le comté trois projets distincts.

Un centre multisports, qu’il souhaite implanter au cœur du quartier Saint-François, permettrait de sortir de la rue les jeunes âgés de 12 à 25 ans.

Il propose aussi un financement accru dans la lutte aux gangs de rue, qui pourrait se concrétiser par une patrouille plus soutenue des véhicules de sécurité publique dans les quartiers les plus à risque.

Bénévole auprès de la popote roulante du comté, celui qui livre, tous les mercredis, des plats préparés au domicile des personnes âgées rêve d’un service de soutien téléphonique spécialement adapté pour les gens du troisième âge, afin de répondre à leurs besoins de consommation.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Communauté

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page