Connectez-vous à nous

Philippe le fait pour lui-même cette fois

Actualités

Philippe le fait pour lui-même cette fois

TÉMOIGNAGE . Depuis plus de deux mois, Philippe Populus réside à l’Aviron et tente de remonter la pente après un mois de désintoxication qui suivait une rechute dans les drogues dures ayant duré un an.

Commentaires

«Cette fois, je le fais pour moi-même et aucune autre raison, affirme le jeune homme de 27 ans qui fait du bénévolat dans plusieurs fraternités anonymes pour demeurer sobre. L’Aviron, c’est mon chez-moi. Les intervenants m’aident à détecter mes besoins et y répondre sainement. Ça vient me stabiliser et me permet de travailler sur moi.»

De la banalité à la déchéance

Philippe Populus est né à l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé et a grandi dans Vimont dans une famille normale sans abus ni violence physique.

«J’étais bon élève à part un peu de harcèlement, raconte-t-il. Au cégep, ça s’est gâté. J’ai décroché pour aller vers l’argent facile gagné dans les bars. Ça m’amenait la valorisation, le paraître, la puissance et 300 $ par jour. C’est quand même bon quand t’as 18 ans!»

À 17 ans, Philippe est diagnostiqué pour un trouble de la personnalité limite, ce qu’il tente de fuir, d’oublier. Surtout, il ne veut aucunement penser que sa maladie est la cause de tous ses malheurs. À 22 ans, un ami lui fait essayer le GHB. «J’ai aimé ça. La lumière venait d’allumer à’maison!»

Peu après, Philippe commence à vendre des stupéfiants pour consommer. Levé à 15h, trois téléphones cellulaires en main, il reçoit les appels, socialise et répond à la demande, avant de rentrer au bar faire la soirée et nuit.

Frôler la mort

Le jeune homme maintiendra ce rythme jusqu’à l’âge de 25 ans. Le système craque. Après une troisième tentative de suicide, Philippe tombe dans le coma et est hospitalisé durant un mois. Il suit une thérapie. Ses parents acceptent de le reprendre après un passage en réinsertion sociale à l’organisme Un foyer pour toi.

«J’ai toujours eu un gros vide et la drogue comblait ce vide momentanément, mais les problèmes, eux ne disparaissaient jamais, analyse-t-il maintenant. Un jour, le vide est revenu.»

Un an de rechute sévère. Sa dernière crise suivait l’ingurgitation d’un cocktail explosif de GHB, cocaïne et différents anxiolytiques. Pire, il volera de l’argent et des médicaments à ses parents. Il dormira partout où il le peut sans jamais trouver de véritable foyer.

«Là, j’ai tout perdu, le peu de stabilité que j’avais trouvée, la famille, ressasse-t-il avec douleur. Aujourd’hui, j’ai repris de brefs contacts avec mes parents. Je les comprends totalement. Je n’ai pas toujours été correct et ne suis pas une fierté.»

N’empêche qu’un jour à la fois, Philippe Populus fait un pas de plus vers la réhabilitation et réinsertion. D’ici un an, il espère se retrouver en logement supervisé, avant d’assumer une complète autonomie qui lui semble encore un vertige pour l’instant.

«Ça va prendre du temps, mais j’ai décidé de me faire un nouveau cercle d’amis et d’affronter mes problématiques et de répondre peu à peu à mon insécurité», de conclure un Philippe souriant avant de rejoindre des amis parmi les marcheurs de la Nuit des sans-abri.

«Cette fois, je le fais pour moi-même et aucune autre raison, affirme le jeune homme de 27 ans qui fait du bénévolat dans plusieurs fraternités anonymes pour demeurer sobre. L’Aviron, c’est mon chez-moi. Les intervenants m’aident à détecter mes besoins et y répondre sainement. Ça vient me stabiliser et me permet de travailler sur moi.»

De la banalité à la déchéance

Philippe Populus est né à l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé et a grandi dans Vimont dans une famille normale sans abus ni violence physique.

«J’étais bon élève à part un peu de harcèlement, raconte-t-il. Au cégep, ça s’est gâté. J’ai décroché pour aller vers l’argent facile gagné dans les bars. Ça m’amenait la valorisation, le paraître, la puissance et 300 $ par jour. C’est quand même bon quand t’as 18 ans!»

À 17 ans, Philippe est diagnostiqué pour un trouble de la personnalité limite, ce qu’il tente de fuir, d’oublier. Surtout, il ne veut aucunement penser que sa maladie est la cause de tous ses malheurs. À 22 ans, un ami lui fait essayer le GHB. «J’ai aimé ça. La lumière venait d’allumer à’maison!»

Peu après, Philippe commence à vendre des stupéfiants pour consommer. Levé à 15h, trois téléphones cellulaires en main, il reçoit les appels, socialise et répond à la demande, avant de rentrer au bar faire la soirée et nuit.

Frôler la mort

Le jeune homme maintiendra ce rythme jusqu’à l’âge de 25 ans. Le système craque. Après une troisième tentative de suicide, Philippe tombe dans le coma et est hospitalisé durant un mois. Il suit une thérapie. Ses parents acceptent de le reprendre après un passage en réinsertion sociale à l’organisme Un foyer pour toi.

«J’ai toujours eu un gros vide et la drogue comblait ce vide momentanément, mais les problèmes, eux ne disparaissaient jamais, analyse-t-il maintenant. Un jour, le vide est revenu.»

Un an de rechute sévère. Sa dernière crise suivait l’ingurgitation d’un cocktail explosif de GHB, cocaïne et différents anxiolytiques. Pire, il volera de l’argent et des médicaments à ses parents. Il dormira partout où il le peut sans jamais trouver de véritable foyer.

«Là, j’ai tout perdu, le peu de stabilité que j’avais trouvée, la famille, ressasse-t-il avec douleur. Aujourd’hui, j’ai repris de brefs contacts avec mes parents. Je les comprends totalement. Je n’ai pas toujours été correct et ne suis pas une fierté.»

N’empêche qu’un jour à la fois, Philippe Populus fait un pas de plus vers la réhabilitation et réinsertion. D’ici un an, il espère se retrouver en logement supervisé, avant d’assumer une complète autonomie qui lui semble encore un vertige pour l’instant.

«Ça va prendre du temps, mais j’ai décidé de me faire un nouveau cercle d’amis et d’affronter mes problématiques et de répondre peu à peu à mon insécurité», de conclure un Philippe souriant avant de rejoindre des amis parmi les marcheurs de la Nuit des sans-abri.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page