Connectez-vous à nous

«On leurre encore une fois les Lavallois» – Michel Trottier

lidl opening times today

Actualités

«On leurre encore une fois les Lavallois» – Michel Trottier

RÉACTION. Le chef de l’opposition officielle, Michel Trottier, estime que l’administration Demers trompe à nouveau les contribuables en affirmant que la hausse du compte de taxes de 1,4 % en 2018 est en-deçà de celle de l’indice des prix à la consommation (IPC) projetée par les économistes.

Commentaires

«On leurre encore une fois les Lavallois en leur disant qu’on va les taxer en bas du taux d’inflation parce que c’est faux», a-t-il réagi dans les minutes suivant le dévoilement du budget, le 11 décembre.

Il en veut pour preuve les trois budgets précédents où le compte de taxes moyen a subi une hausse combinée de 6,5 %, alors que l’inflation réelle totalisait 3,2 %.

«La stratégie continue. On aurait pu facilement alléger le fardeau fiscal des Lavallois», de poursuivre le chef de Parti Laval en évoquant les surplus engrangés depuis 2015.

Rappelons qu’au cours de la dernière campagne, M. Trottier s’était engagé à ne pas hausser les taxes des Lavallois pour les quatre années d’un premier mandat pour autant que l’IPC demeure sous la barre des 3 %.

Le chef de l’opposition a aussi questionné le «manque de transparence» entourant la réforme fiscale visant la disposition de la neige, laquelle représentera pour un peu plus de 50 000 Lavallois une hausse supérieure à l’augmentation de 1,4 % des charges fiscales annoncées.

Cela tombe «quelques jours après les élections sans que les Lavallois en aient été avisés», déplore-t-il.

Subvention aux aînés

Par ailleurs, M. Trottier reproche à l’administration Demers de bonifier de 50 % la subvention universelle pour le maintien à domicile des personnes âgées sans jamais en avoir évalué son impact réel, mentionne-t-il.

«Ç’aurait pris un certain courage politique pour l’analyser et voir à la rendre peut-être plus favorable aux clientèles défavorisées, peu importe leur âge.»

Le chef de Parti Laval n’a pas manqué de rappeler que cette mesure est un copier-coller de l’ancien programme de remboursement de la taxe d’eau implanté sous Gilles Vaillancourt à la fin des années 80, qui pour être en loi a dû être transformé en un octroi pour le maintien à domicile des aînés.

Tel que l’avait promis Marc Demers en campagne électorale, ce programme est passé de 100 à 150 $ par unité d’habitation, et ce, sans égard aux revenus des occupants et de 200 à 300 $ par année lorsque la personne est admissible au supplément de revenu garanti.

«On leurre encore une fois les Lavallois en leur disant qu’on va les taxer en bas du taux d’inflation parce que c’est faux», a-t-il réagi dans les minutes suivant le dévoilement du budget, le 11 décembre.

Il en veut pour preuve les trois budgets précédents où le compte de taxes moyen a subi une hausse combinée de 6,5 %, alors que l’inflation réelle totalisait 3,2 %.

«La stratégie continue. On aurait pu facilement alléger le fardeau fiscal des Lavallois», de poursuivre le chef de Parti Laval en évoquant les surplus engrangés depuis 2015.

Rappelons qu’au cours de la dernière campagne, M. Trottier s’était engagé à ne pas hausser les taxes des Lavallois pour les quatre années d’un premier mandat pour autant que l’IPC demeure sous la barre des 3 %.

Le chef de l’opposition a aussi questionné le «manque de transparence» entourant la réforme fiscale visant la disposition de la neige, laquelle représentera pour un peu plus de 50 000 Lavallois une hausse supérieure à l’augmentation de 1,4 % des charges fiscales annoncées.

Cela tombe «quelques jours après les élections sans que les Lavallois en aient été avisés», déplore-t-il.

Subvention aux aînés

Par ailleurs, M. Trottier reproche à l’administration Demers de bonifier de 50 % la subvention universelle pour le maintien à domicile des personnes âgées sans jamais en avoir évalué son impact réel, mentionne-t-il.

«Ç’aurait pris un certain courage politique pour l’analyser et voir à la rendre peut-être plus favorable aux clientèles défavorisées, peu importe leur âge.»

Le chef de Parti Laval n’a pas manqué de rappeler que cette mesure est un copier-coller de l’ancien programme de remboursement de la taxe d’eau implanté sous Gilles Vaillancourt à la fin des années 80, qui pour être en loi a dû être transformé en un octroi pour le maintien à domicile des aînés.

Tel que l’avait promis Marc Demers en campagne électorale, ce programme est passé de 100 à 150 $ par unité d’habitation, et ce, sans égard aux revenus des occupants et de 200 à 300 $ par année lorsque la personne est admissible au supplément de revenu garanti.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
342
Haut de page