Connectez-vous à nous

Multi-Marques contourne la loi anti-briseurs de grève, accuse la CSN

Actualités

Multi-Marques contourne la loi anti-briseurs de grève, accuse la CSN

CONFLIT DE TRAVAIL. La Confédération des syndicats nationaux (CSN) accuse Canada Bread de contrevenir au Code du travail du Québec en transférant plus de la moitié de sa distribution à un entrepôt de Cornwall, en Ontario, alors que les 119 employés syndiqués de son centre de distribution Multi-Marques, à Laval, sont en lock-out depuis le 1er avril.

Commentaires

Ce matin, ils étaient une centaine de travailleurs à se rendre à Cornwall pour manifester devant ce centre de distribution.
Par ailleurs, devant le Tribunal administratif du travail (TAT) hier soir, le 24 avril, l’Employeur aurait reconnu avoir eu recours à 10 travailleurs de remplacement pour accomplir le travail des salariés lock-outés aux installations du boulevard Francis-Hughes.
«Un rapport de l’enquêteur du ministère [du Travail] émis le 18 avril montre que 11 personnes ont exécuté ou exécutent encore du travail accompli habituellement par des syndiqués», dénonce la CSN dans un communiqué publié le 25 avril.
Incidemment, la centrale syndicale s’attend à ce que le TAT émette sous peu une ordonnance, forçant Canada Bread à respecter les dispositions de l’article 109.1 du Code du travail, visant à protéger l’équilibre des rapports de force lors d’un conflit de travail.
Conciliation
«Ce n’est pas vrai qu’on fait des relations de travail en utilisant des briseurs de grève après avoir mis des travailleurs en lock-out de façon sauvage. Ça, c’est inacceptable au Québec», a lancé mardi matin le vice-président de la CSN, Jean Lacharité, devant le Centre de distribution Multi-Marques, en présence de quelques syndiqués dont leur président Pascal René-De Cotret.
Ce dernier nourrit de grands espoirs quant à la séance de conciliation, une cinquième en trois semaines, qui aura lieu demain, le 26 avril, au ministère du Travail.
Il ne resterait que quelques détails à régler, dont le protocole de retour au travail, informe-t-il.
«On va négocier mercredi, en espérant avoir quelque chose à présenter à nos membres en assemblée générale, le lendemain, afin qu’ils puissent voter et fermer le chapitre de ce cauchemar-là.»

Ce matin, ils étaient une centaine de travailleurs à se rendre à Cornwall pour manifester devant ce centre de distribution.
Par ailleurs, devant le Tribunal administratif du travail (TAT) hier soir, le 24 avril, l’Employeur aurait reconnu avoir eu recours à 10 travailleurs de remplacement pour accomplir le travail des salariés lock-outés aux installations du boulevard Francis-Hughes.
«Un rapport de l’enquêteur du ministère [du Travail] émis le 18 avril montre que 11 personnes ont exécuté ou exécutent encore du travail accompli habituellement par des syndiqués», dénonce la CSN dans un communiqué publié le 25 avril.
Incidemment, la centrale syndicale s’attend à ce que le TAT émette sous peu une ordonnance, forçant Canada Bread à respecter les dispositions de l’article 109.1 du Code du travail, visant à protéger l’équilibre des rapports de force lors d’un conflit de travail.
Conciliation
«Ce n’est pas vrai qu’on fait des relations de travail en utilisant des briseurs de grève après avoir mis des travailleurs en lock-out de façon sauvage. Ça, c’est inacceptable au Québec», a lancé mardi matin le vice-président de la CSN, Jean Lacharité, devant le Centre de distribution Multi-Marques, en présence de quelques syndiqués dont leur président Pascal René-De Cotret.
Ce dernier nourrit de grands espoirs quant à la séance de conciliation, une cinquième en trois semaines, qui aura lieu demain, le 26 avril, au ministère du Travail.
Il ne resterait que quelques détails à régler, dont le protocole de retour au travail, informe-t-il.
«On va négocier mercredi, en espérant avoir quelque chose à présenter à nos membres en assemblée générale, le lendemain, afin qu’ils puissent voter et fermer le chapitre de ce cauchemar-là.»

Dans lDans l’ordre habituel, le président du Syndicat représentant les 119 travailleurs du centre de distribution Multi-Marques, René-De Cotret, et le vice-président de la CSN, Jean Lacharité.  ©Photo – Photo TC Media – Mario Beauregard

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page