Connectez-vous à nous

Michel Rivard serein et urbain

Culture

Michel Rivard serein et urbain

Quiconque a écouté Roi de rien, sorti en septembre 2013, a renoué avec un Michel Rivard hautement inspiré, proposant 13 titres respirant tout sauf le blues de la métropole, bien que l’on croise sa ville chérie à chaque détour, à chaque souvenir.

Commentaires

Que ce soit les amours présentes et passées (Et on avance), la route toujours à prendre (Avalanche), Styromousse) ou l’errance d’un itinérant autochtone qui n’a pas vu la forêt depuis 30 ans (Dans l’bois), la poésie urbaine de l’auteur-compositeur-interprète est au rendez-vous en mode majeur.

Sur la couverture de l’album, le choix d’une oeuvre superbe de Martin Brouillette représentant le pont Jacques-Cartier n’est pas innocent.

«J’ai ce tableau dans la face depuis longtemps! lance d’entrée Michel Rivard. Montréal est vraiment le décor de ce disque. Les chansons sont empreintes de mes promenades dans les rues et les ruelles de cette ville qui est tellement unique. Montréal a des bouts magnifiques même si elle n’est pas toujours belle.»

Le choix

Un sentiment de paix (Roi de rien), de reconnaissance (Merci) et le retour d’élucubrations nocturnes (Ma sœur la lune) habitent aussi ce dernier opus.

«Je ne sais pas ce que j’ai avec la lune, observe-t-il en riant. Peut-être est-ce parce que mon premier livre illustré pour enfants, que j’ai encore aujourd’hui, est L’Opéra de la lune, de Jacques Prévert. C’est l’une de mes obsessions, avec l’eau, la mer, la ville. Je ne me pose pas trop de questions là-dessus.»

L’équipe

Pour la tournée, le Flybin Band a repris la route. Michel Rivard retrouve ainsi ses complices de fort longue date: Mario Légaré (basse), Rick Haworth (guitares) et Sylvain Clavette (batterie).

«Mario n’est pas là pour faire le virtuose, il chante avec sa basse, il se fond physiquement dans la chanson, alors que Rick est le type qui a le plus de goût que je connaisse, son jeu est subtil, toujours le bon son à la bonne place et toujours exprimé avec une grande sensibilité, mentionne Michel Rivard. De son côté, Sylvain est un batteur original qui a sa manière d’accorder les rythmes. Avec autant d’années, il y a une forme de télépathie dans notre façon de jouer ensemble.»

Pour ce spectacle, l’artiste a ajouté deux choristes à son groupe, soit Lana Carbonneau et Audrey-Michèle Simard.

Le spectacle

Avec l’aide d’Ève Déziel, Michel Rivard a conçu un spectacle à la mise en scène soignée. Le trois quart des pièces de Roi de rien en constitue la colonne vertébrale. Le reste du répertoire va de Beau Dommage à aujourd’hui.

«Je voulais m’éloigner du stand-up comic entre chaque chanson, souligne-t-il. J’ai écrit un texte en plusieurs segments, où se mêlent poésie, conte et humour. Le rire n’est pas primordial, mais je n’ai pas dû trop me tromper puisque j’ai reçu le Félix 2014 du Scripteur de spectacles de l’année.»

Michel Rivard et le Flybin Band seront en spectacle ce samedi 13 décembre, à 20h, à la Salle André-Mathieu (475, boulevard de l’Avenir). Information: 450 667-2040.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page