Connectez-vous à nous

Mesures non respectées: plus de 100 dénonciations en 5 jours

lidl opening times today

COVID-19

Mesures non respectées: plus de 100 dénonciations en 5 jours

À la suite d’un décret du gouvernement provincial, le Service de police de Laval (SPL) pourra désormais intervenir afin de faire respecter les diverses mesures visant à combattre efficacement la pandémie actuelle de COVID-19.

Depuis le samedi 21 mars, le centre d’appel d’urgence a reçu une centaine d’appels de citoyens lavallois.

«À ce jour, ça se passe généralement bien durant nos interventions à Laval, la sergente Geneviève Major, porte-parole du SPL. Les gens collaborent bien pour la plupart d’entre eux. Ils disent comprendre la situation.»

Regroupement de plus de deux personnes, commerce non essentiel ouvert, non-respect de la quarantaine de 14 jours au retour d’un voyage, ces plaintes ont mené à des visites policières.

Les Lavallois qui désirent rapporter un manquement à ces directives devront communiquer avec le 911.

«Nous sortons publiquement avec cette information car les gens ne savaient plus où s’adresser dans de tels cas, souligne la sergente Major. Nos policiers n’ont pas plus de pouvoir. Nous voulons vraiment faire entendre raison aux contrevenants et leur faire quitter l’endroit où ils se trouvent pour retourner chez eux.»

Éviter l’escalade

Il est important de savoir qu’on parle ici d’une possibilité de grand constat d’infraction dont la somme peut varier de 1000 $ à 6000 $. C’est au gouvernement du Québec que reviendra la responsabilité de chiffrer l’amende. Le montant à payer sera envoyé par la poste.

Toutefois, tel que l’indique le SPL, l’objectif demeure de ne pas en arriver là.

«Nos agents doivent d’abord demander aux personnes de s’identifier, explique Geneviève Major. Si elle ne veut rien entendre, on peut alors émettre un constat d’infraction général dont la somme reste à déterminer.»

S’il y a refus de s’identifier et de mettre fin à l’infraction, les policiers sont autorisés à arrêter la personne pour lui faire entendre raison.

Si la personne répète l’infraction dans les jours qui suivent, cela pourra même résulter en une détention.

«Si les policiers n’ont pas le pouvoir de fermer un commerce, ils ont cependant celui d’en expulser tous les gens se trouvant à l’intérieur», de conclure la porte-parole du SPL, qui tient à sensibiliser les citoyens à l’importance du respect de ces consignes pour le bien-être de tous.

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

2 Commentaires

2 Comments

  1. dany

    26 mars 2020 à 14 h 37 min

    je suis un resident de Laval.
    Je dois aller travailler chaque matin puisque mon emplois est apparemment essentiel. Cependant, quand je retourne a l maison sur l’heure du souper, je vois tellement de monde qui sont dehors en train de faire leur petite promenade quotidienne, des gens courrir, promener leur bebe, leur chiens.Le long de la riviere, sur le boulevad des rapides, c’est pire que jamais. J’Ai JAMAIS vu autant de monde que ca dehors. C’est fou comment ce que le monde ne prennent pas ca au serieux

  2. gilles savard 438-316-7325

    26 mars 2020 à 15 h 28 min

    une industrie qui fabrique des sac en plastics qui se dit service essential PRO-PALS INDUSTRIES 3200 BOUL.LE CORBUSIER A LAVAL ne devrais pas operer ils engages toutes sorte d imigrand et les obliges a travailler je connais plusieurs personnes la

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

555
Publicité

Populaires

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page