Connectez-vous à nous

Marc Demers salue le budget provincial

lidl opening times today

Actualités

Marc Demers salue le budget provincial

RÉACTION. À l’instar du récent budget fédéral, Marc Demers a accueilli favorablement le budget du ministre des Finances Carlos J. Leitao, déposé le 28 mars.

Commentaires

«C’est un budget qui donne de l’espoir», a-t-il commenté par voie de communiqué dans les heures suivant le dévoilement.
Cela dit, s’il se réjouit des intentions du gouvernement d’allonger 255 M$ pour la construction de 3000 nouveaux logements sociaux, il aurait souhaité que ces fonds puissent être plus rapidement disponibles, rappelant qu’il faudra attendre 2020 avant l’entrée en vigueur de cette mesure.
Transport collectif et aînés
«Les sommes annoncées sur cinq ans pour améliorer l’offre de service, dont l’augmentation de la fréquence de passage des autobus, s’avèrent une bonne nouvelle», poursuit le maire Demers qui élève la mobilité active et le transport collectif au rang de ses priorités.
Il relève par ailleurs le nouveau programme d’aide aux aînés propriétaires de longue date.
«Ce type de programme contribue à la reconnaissance légitime que nous devons collectivement leur témoigner», précise M. Demers tout en évoquant au passage la subvention pour le maintien à domicile et la gratuité du transport collectif dont jouissent les personnes âgées à Laval.
Sciences de la vie et agriculture

Les investissements additionnels de 117,5 M$ pour la mise en œuvre de la stratégie des sciences de la vie ne seront pas sans profiter à Laval et sa Cité de la biotechnologie et de la santé humaine du Montréal métropolitain.
«Nous sommes impatients de découvrir la stratégie du gouvernement, dit-il. Nous souhaitons que ces mesures permettent de soutenir l’émergence et le développement d’entreprises installées sur le territoire lavallois.»
Enfin, le maire Demers voit également d’un bon œil les investissements annoncés pour stimuler le secteur agroalimentaire, notamment les 19,2 M$ dès cette année. « Qu’il s’agisse de la modernisation des bâtiments, de la réduction de l’utilisation des pesticides ou du développement des serres, nul doute que ces mesures trouveront un écho favorable auprès de nos agriculteurs», conclut le premier citoyen d’une ville dont 30 % du territoire est zoné agricole.

«C’est un budget qui donne de l’espoir», a-t-il commenté par voie de communiqué dans les heures suivant le dévoilement.
Cela dit, s’il se réjouit des intentions du gouvernement d’allonger 255 M$ pour la construction de 3000 nouveaux logements sociaux, il aurait souhaité que ces fonds puissent être plus rapidement disponibles, rappelant qu’il faudra attendre 2020 avant l’entrée en vigueur de cette mesure.
Transport collectif et aînés
«Les sommes annoncées sur cinq ans pour améliorer l’offre de service, dont l’augmentation de la fréquence de passage des autobus, s’avèrent une bonne nouvelle», poursuit le maire Demers qui élève la mobilité active et le transport collectif au rang de ses priorités.
Il relève par ailleurs le nouveau programme d’aide aux aînés propriétaires de longue date.
«Ce type de programme contribue à la reconnaissance légitime que nous devons collectivement leur témoigner», précise M. Demers tout en évoquant au passage la subvention pour le maintien à domicile et la gratuité du transport collectif dont jouissent les personnes âgées à Laval.
Sciences de la vie et agriculture

Les investissements additionnels de 117,5 M$ pour la mise en œuvre de la stratégie des sciences de la vie ne seront pas sans profiter à Laval et sa Cité de la biotechnologie et de la santé humaine du Montréal métropolitain.
«Nous sommes impatients de découvrir la stratégie du gouvernement, dit-il. Nous souhaitons que ces mesures permettent de soutenir l’émergence et le développement d’entreprises installées sur le territoire lavallois.»
Enfin, le maire Demers voit également d’un bon œil les investissements annoncés pour stimuler le secteur agroalimentaire, notamment les 19,2 M$ dès cette année. « Qu’il s’agisse de la modernisation des bâtiments, de la réduction de l’utilisation des pesticides ou du développement des serres, nul doute que ces mesures trouveront un écho favorable auprès de nos agriculteurs», conclut le premier citoyen d’une ville dont 30 % du territoire est zoné agricole.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page