Connectez-vous à nous

L’opposition ne reconnaît plus la légitimité du maire Demers

Actualités

L’opposition ne reconnaît plus la légitimité du maire Demers

TRIBUNAL. Le chef de l’opposition officielle, Michel Trottier, estime que le maire Marc Demers n’a plus l’autorité morale pour administrer la Ville depuis que la Cour du Québec l’a reconnu coupable d’avoir consenti à son parti un prêt excédant près de trois fois la limite permise par la loi lors de la campagne électorale de 2013.

Commentaires

«Alors que l’élection de 2013 devait permettre aux Lavallois de tourner la page [sur] de difficiles années de fraudes et malversations, on apprend aujourd’hui qu’avant même d’être élu, Marc Demers s’adonnait à du financement politique illégal», déclare-t-il dans un communiqué le 23 mars.

M. Trottier «se désole pour les Lavallois qui se voient trahis, une fois encore, par leur premier magistrat».

Fonds du Souvenir

Invitant le maire à démissionner de ses fonctions, le chef de Parti Laval affirme que M. Demers n’a plus la crédibilité pour «défendre le discours d’intégrité de son parti» ni pour «réclamer quoi que ce soit [aux] entreprises collusionnaires».

Par ailleurs, M. Trottier demande au maire Demers de verser au Fonds du Souvenir – constitué des millions de dollars récupérés auprès des corrompus et collusionnaires –  la somme de 18 000 $, soit la valeur du montant de son prêt au Mouvement lavallois qui excédait la limite légale.

«Je suis désolé, mais laisser un budget de 850 M$ année entre les mains d’un maire et d’une équipe qui ne se donnent pas la peine de connaître les règles de base du financement politique, c’est extrêmement dérangeant», a terminé Michel Trottier, qui déposera une plainte formelle au Bureau d’intégrité et d’éthique de Laval (BIEL).

Pas de commentaire

Du côté du cabinet du maire, on a préféré ne pas réagir à cette sortie publique de l’opposition. Par courriel en fin d’après-midi vendredi, le porte-parole du cabinet, Robert-Charles Longpré, s’est plutôt limité à reprendre les arguments du communiqué publié, la veille, par le parti du Mouvement lavallois, qui réagissait à la décision du Tribunal.

«Alors que l’élection de 2013 devait permettre aux Lavallois de tourner la page [sur] de difficiles années de fraudes et malversations, on apprend aujourd’hui qu’avant même d’être élu, Marc Demers s’adonnait à du financement politique illégal», déclare-t-il dans un communiqué le 23 mars.

M. Trottier «se désole pour les Lavallois qui se voient trahis, une fois encore, par leur premier magistrat».

Fonds du Souvenir

Invitant le maire à démissionner de ses fonctions, le chef de Parti Laval affirme que M. Demers n’a plus la crédibilité pour «défendre le discours d’intégrité de son parti» ni pour «réclamer quoi que ce soit [aux] entreprises collusionnaires».

Par ailleurs, M. Trottier demande au maire Demers de verser au Fonds du Souvenir – constitué des millions de dollars récupérés auprès des corrompus et collusionnaires –  la somme de 18 000 $, soit la valeur du montant de son prêt au Mouvement lavallois qui excédait la limite légale.

«Je suis désolé, mais laisser un budget de 850 M$ année entre les mains d’un maire et d’une équipe qui ne se donnent pas la peine de connaître les règles de base du financement politique, c’est extrêmement dérangeant», a terminé Michel Trottier, qui déposera une plainte formelle au Bureau d’intégrité et d’éthique de Laval (BIEL).

Pas de commentaire

Du côté du cabinet du maire, on a préféré ne pas réagir à cette sortie publique de l’opposition. Par courriel en fin d’après-midi vendredi, le porte-parole du cabinet, Robert-Charles Longpré, s’est plutôt limité à reprendre les arguments du communiqué publié, la veille, par le parti du Mouvement lavallois, qui réagissait à la décision du Tribunal.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page