Connectez-vous à nous
Loïc Pigeon a connu d’excellents débuts dans les rangs juniors d’enduro-cross. (Photo gracieuseté)

Sports

Loïc Pigeon roule vers le succès en enduro-cross

Loïc Pigeon dispute une première saison dans la catégorie juniors d’enduro-cross. Il n’a pas perdu de temps pour s’imposer et a obtenu des podiums lors des deux premières épreuves du calendrier qui avaient lieu à Mont-Laurier et Victoriaville.

«Je savais un peu où me placer, expliquait le résident de Jolibourg après sa première épreuve. Je roule beaucoup avec ceux qui performent bien dans cette classe et nous sommes pas mal du même niveau.»

L’enduro-cross est une discipline qui est pratiquée depuis plus d’un demi-siècle au Québec. L’objectif est de faire un maximum de tours possibles sur un circuit accidenté dans un temps donné. Celui-ci présente des sections de différents types, tels qu’en extérieur, en forêt ou dans un champ de gazon.

Pour sa première compétition, Loïc a signé une belle troisième place. Il a fait encore mieux à Victoriaville en signant la première victoire de sa carrière. Ces deux résultats le convainquent d’avoir des objectifs élevés pour la suite de la saison.

«Cette année en juniors, j’aimerais vraiment gagner le championnat, assure le principal intéressé. Ça s’enligne pour ça. L’an prochain, je vais probablement m’inscrire en intermédiaire, puis on va tenter d’évoluer à partir de là.»

Parcours

Le Lavallois de 18 ans est très familier avec la discipline et le monde du moto-cross, et ce, même s’il s’agit d’une première saison compétitive pour lui.

«J’ai commencé à faire de la moto à l’âge de cinq ans avec mes parents, explique-t-il. Je me pratiquais beaucoup à faire de la moto-enduro. On partait faire de la randonnée et on passait dans des chemins accidentés. Ce n’était pas nécessairement la destination qui était importante, mais la façon dont on s’y rendait.»

C’est d’ailleurs cette pratique récréative qui l’a éventuellement poussé vers la pratique de l’enduro-cross. Il dit toutefois apprécié plusieurs autres disciplines, comme l’enduro-classique qui fonctionne davantage selon une formule de rallye automobile avec des transitions chronométrée.

«J’ai participé aux Championnats canadiens d’enduro-classique en 2019, poursuit Loïc. Comme c’était ma première course, je ne savais pas trop où me classer, donc j’ai choisi le Novice B. Ça s’est super bien passé et j’ai fini premier à toutes les transitions.»

Il aimerait essayer cette épreuve dans la catégorie Experts cette année pour évaluer la différence de niveau.

Autres projets

Parmi les autres projets du jeune athlète, notons la participation possible à la série Battle of the Prospectors qui aura lieu les 4 et 5 septembre à Murdochville. Selon Loïc, il s’agit d’un nouveau type d’épreuve qui ressemble beaucoup à l’enduro-cross et qu’il a hâte de découvrir.

Il n’exclut également pas la possibilité de faire des épreuves aux États-Unis ou ailleurs au Canada dans un avenir rapproché. Cela représente toutefois des coûts élevés et beaucoup de temps pour celui qui a un travail et poursuit ses études.

«Avec le bon support, c’est sûr que ce serait une expérience de vie, mais je vais me concentrer sur les courses au Québec pour le moment», conclut celui qui disputera, les 17 et 18 juillet, la troisième étape de sa saison d’enduro-cross à Mansonville.

Commentaires

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page