Connectez-vous à nous

L’intersection des rues Justin et Jérémie jugée sécuritaire

Actualités

L’intersection des rues Justin et Jérémie jugée sécuritaire

FABREVILLE. La demande de citoyens, qui réclamaient un arrêt sur la rue Justin, à l’angle de la rue Jérémie, n’a pas été retenue.

Commentaires

Dans une lettre datée du 2 décembre, adressée au porte-parole de la pétition, le Service de l’ingénierie de la Ville informe que l’ajout d’un panneau «Arrêt» à une intersection doit répondre à certaines conditions liées à des ratios de débit, la vitesse observée, la visibilité, la géométrie et la proximité d’autres intersections contrôlées par des arrêts ou des feux de circulation.

C’est la troisième fois que la Ville est appelée à se pencher sur cette intersection, située dans un secteur résidentiel au quadrant nord-est des autoroutes 440 et 13.

Les normes provinciales édictées par le ministère des Transports, encadrant toute modification à la signalisation routière, se fondent sur «des études démontrant qu’une surréglementation peut engendrer la non-observance des règles de conduite, une augmentation des vitesses des usagers et possiblement une augmentation des risques d’accident».

Voilà ce qu’indique, d’entrée de jeu, le responsable des Relations avec le milieu au Service de l’ingénierie, Normand Pageau, dans la lettre adressée à Tamer Gayed.

Descente d’écoliers

Conseiller indépendant du district L’Orée-des-Bois, Alain Lecompte déplore la décision du Comité de circulation, qualifiant de «dangereuse» cette intersection en raison «de la très longue section où il n’y a pas d’arrêt» sur la rue Justin.

«Cette descente d’écoliers, bien qu’à un arrêt sur [la rue] Jérémie, obstrue la vision des automobilistes circulant sur Justin», dénonce-t-il dans un communiqué publié le 21 janvier. Cela entraînerait «un danger bien présent pour les enfants voulant traverser sur Justin», ajoute le conseiller municipal.

À cet égard, la Ville suggère aux pétitionnaires de s’informer auprès de leur commission scolaire de la possibilité de faire descendre les écoliers à un endroit plus propice que la rue Jérémie.

Technicien en génie civil, M. Pageau concède que bien que «très efficaces et respectés, les signaux clignotants des autobus scolaires ne s’adressent pas aux usagers de la route circulant de façon perpendiculaire à l’autobus».

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page