Connectez-vous à nous
Baignée par les eaux de la rivière des Mille Îles, à l’ouest du pont de l’autoroute 15, l’île Locas (au centre sur la photo) serait acquise au coût de 10,2 M$. (Photo 2M.Media – Archives)

Environnement

L’île Locas, bientôt propriété de la Ville

L’administration municipale est déterminée à acquérir l’île Locas, nichée au cœur du refuge faunique de la Rivière-des-Mille-Îles.

À la suite de discussions tenues avec le contrôleur des sociétés propriétaires de ce milieu naturel à haute valeur écologique, la Ville demande à la Cour supérieure d’approuver une entente dans le dossier de l’île Locas. Une résolution en ce sens a été adoptée à l’unanimité au dernier conseil municipal.

10,2 M$

Cette entente au coût de 10,2 M$ s’inscrit dans le cadre de «la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies impliquant la Société en commandite de Tilly de Laval et les Promotions Anne Delisle inc. à titre de débitrices, Lemieux Nolet inc. à titre de contrôleur et la Ville de Laval à titre de mise en cause».

Une fois l’accord entériné par le Tribunal, la Ville bénéficiera d’une quittance totale et complète de toute personne pour toute réclamation concernant l’île Locas, ce qui mettra ainsi fin à un litige à la satisfaction des parties impliquées, mentionne la Ville par voie de communiqué.

Accès au public

Malgré qu’elle abrite de nombreuses espèces animales et végétales protégées, l’île Locas sera accessible au public.

«L’acquisition de ce site permettra de donner accès à la population à un nouveau lieu public pour profiter des paysages de la rivière des Mille Îles et d’activités de détente, d’observation de la faune et de la flore, de plein air et d’éducation», indique la Municipalité.

D’une superficie de plus de 10 hectares, équivalant à 14 terrains de soccer, l’île Locas abrite un écosystème forestier exceptionnel (EFE), constitué d’une érablière à caryer ovale et d’une érablière argentée.  On retrouve également dans cette forêt refuge deux populations d’espèces à statut précaire, soit l’érable noir et le polygale de Virginie.

L’île est aussi contiguë à une importante frayère en eau calme pour plus d’une dizaine d’espèces de poissons en plus d’être fréquentée par les tortues géographique, serpentine et peinte, autant d’espèces à statut précaire au Québec comme au Canada.

Éco-Nature et le CRE aux anges

Responsable de la gestion du Parc de la Rivière-des-Mille-Îles, «Éco-Nature se réjouit de cette entente à conclure en vue de l’acquisition de l’île Locas à des fins de conservation», écrit sa directrice générale, Christine Métayer. Cette initiative cadre parfaitement avec la mission de l’organisme, précise-t-elle, à savoir la préservation des milieux naturels de la rivière pour le bénéfice de la communauté. «L’île Locas constitue un écosystème exceptionnel qui abrite une riche biodiversité faunique et floristique et qui possède une incidence sur la qualité des habitats au cœur du parc de la Rivière-des-Mille-Îles», ajoute Mme Métayer.

Enthousiasme partagé par la présidente intérimaire du Conseil régional de l’environnement (CRE) de Laval, Anaïs Boutin, anciennement biologiste et directrice des programmes de protection et conservation à Éco-Nature.

«Le CRE de Laval félicite la Ville de Laval pour sa démarche visant la conservation de l’île Locas, un milieu naturel d’intérêt d’une grande valeur écologique. Cette initiative s’inscrit dans nos objectifs, soit d’offrir des milieux de vie sains, riches et diversifiés où il fait bon vivre, en plus de viser la cible de 17 % de milieux naturels protégés sur le territoire lavallois.»

Commentaires

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, sstamour@2m.media, 450-667-4360 poste : 3523

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page