Connectez-vous à nous

Levée de boucliers dans le Vieux-Sainte-Rose

Actualités

Levée de boucliers dans le Vieux-Sainte-Rose

PATRIMOINE. L’Association des Citoyens et Amis du Vieux Ste-Rose a fait entendre une demi-douzaine de sympathisants au dernier conseil municipal, contestant un projet immobilier devant être mis en chantier à l’angle du boulevard Sainte-Rose et la rue des Patriotes.

Commentaires

Ce regroupement allègue que le développement, avalisé par l’ancienne administration municipale, contrevient à l’article du règlement L-2000, encadrant les nouvelles constructions dans les quartiers patrimoniaux.

Le projet de triplex ne s’harmoniserait aucunement avec le patrimoine bâti, a-t-on plaidé lors de la période de questions.

«Peut-on encore l’arrêter?»

«Je veux savoir qu’est-ce qui nous reste comme pouvoir par rapport à ce projet-là. Peut-on encore l’arrêter ou pas?» a questionné la propriétaire d’une maison vieille de plus de 125 ans sur Plateau-Ouimet.

Le maire, Marc Demers, s’est engagé à «examiner le dossier», rappelant que son administration n’avait pas hésité, en début de mandat, à suspendre la délivrance de tout permis de construire pour les tours jumelles de la marina Commodore, à Pont-Viau.

Ce geste, a-t-il évoqué, a été posé parallèlement au déclenchement d’une enquête administrative entourant les décisions prises par l’ex-administration Vaillancourt en lien avec ce controversé projet qu’on estimait à 160 M$.

Le directeur général de la Ville, Serge Lamontagne, a abondé dans le même sens: «On a pris en note votre questionnement et on va regarder le processus [ayant mené à l’acceptation du projet].»

D’un même souffle, le haut fonctionnaire s’est porté à la défense de l’équipe du Service de l’urbanisme, affectée au zonage patrimonial.

«Ces gens-là sont d’une rigueur incroyable», a-t-il indiqué, saluant la «grande préoccupation» qui les anime en matière d’intégration architecturale.

Pas d’hier

Un autre citoyen a aussitôt repris le directeur général, lui rappelant que le problème ne datait pas d’hier. «Ça fait 10 à 12 ans que ça dure […] Y a quand même un problème!»

De fait, Christiane Valiquette, qui siège au conseil de l’Association des Citoyens et Amis du Vieux Ste-Rose, avait dressé, plus tôt, le portrait du développement qui a cours sur le boulevard Sainte-Rose, depuis 2002.

«Entre l’autoroute 15 et la voie ferrée, on a compté plus de 20 duplex et triplex, qui n’ont aucune harmonie avec le quartier. Dès 2003, on a sonné l’alarme», a-t-elle relaté.

Ne s’estimant «pas entendus» par l’ancienne administration, les citoyens se sont alors regroupés.

«On n’a qu’à penser à toutes les maisons patrimoniales qui ont été détruites dans le Vieux-Sainte-Rose, dont l’une des dernières était située au 61, terrasse Dufferin, et ce, malgré une pétition de plus de 2000 signatures remise à l’administration Vaillancourt», a enchaîné Mme Valiquette.

Celle-ci a terminé en demandant au maire Demers de «mettre un terme» à cette spirale et d’exiger des fonctionnaires au Service de l’urbanisme de «respecter les citoyens qui habitent le quartier et le patrimoine bâti des vieux quartiers de Laval».

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page