Connectez-vous à nous

Les grands enjeux vus par les candidats de Laval-Les Îles

lidl opening times today

Actualités

Les grands enjeux vus par les candidats de Laval-Les Îles

(N.D.L.R.) Cette semaine, le Courrier Laval termine sa tournée des comtés en vous présentant les candidats des six principales formations politiques en lice dans la circonscription de Laval-Les Îles. Appelés à identifier jusqu’à trois grands enjeux locaux et régionaux visant spécifiquement les citoyens dont ils sollicitent l’appui et souhaitent défendre les intérêts à Ottawa, les candidats disposaient d’un maximum de 150 mots pour exposer leurs priorités. Voici donc les principaux thèmes (souvent nationaux) dont ils ont fait leur cheval de bataille en cette campagne électorale, les réponses obtenues oscillant entre 23 et 188 mots.  À noter que la candidate de Bloc québécois (BQ) n’a pas répondu à notre invitation et que celle du Parti populaire du Canada (PPC) s’est limitée à dire qu’elle défendrait les enjeux que les citoyens du comté lui soulèveraient, une fois élue.

Fayçal El-Khoury

D’entrée de jeu, le député du Parti libéral (PLC) sortant de Laval-Les Îles, Fayçal El-Khoury, s’engage à «continuer à favoriser la collaboration entre les différents groupes et communautés du comté».

Faycal El-Khoury (PLC)

Au chapitre des mesures annoncées dans la plateforme électorale du parti, il cible celle à l’effet qu’«un gouvernement libéral [redonnerait] encore plus d’argent aux familles lavalloises en bonifiant de 15 % l’Allocation canadienne pour enfants de moins d’un an. Il s’agit d’un montant pouvant aller jusqu’à 1000 $ de plus afin d’aider nos familles à joindre les deux bouts, au moment où le coût pour élever des enfants est de plus en plus cher.»

Celui qui habite depuis 23 ans le quartier Duvernay dans le comté d’Alfred-Pellan enchaîne: «Je continuerai à défendre les intérêts du comté à Ottawa afin de financer les projets d’infrastructure qui répondront aux besoins de la population. Nous ne cesserons jamais de travailler fort pour bâtir un avenir meilleur pour l’ensemble de notre communauté.»

Originaire du Liban, M. El-Khoury, qui s’est installé au Canada en 1976, a fondé sa propre entreprise spécialisée en construction résidentielle dans l’année suivant l’obtention de son diplôme en génie civil de l’Université Concordia.

Jusqu’à ce qu’il soit élu député de Laval-Les Îles en 2015, il oeuvrait auprès de sociétés canadiennes à titre d’expert-conseil en relations d’affaires avec le Moyen-Orient.

Facilitant les liens entre les nombreuses communautés culturelles et religieuses de la circonscription, Fayçal El-Khoury dit se faire un point d’honneur de favoriser l’intégration de réfugiés et nouveaux immigrants dans l’ouest de l’île Jésus.

Tom Pentefountas

Candidat du Parti conservateur du Canada (PCC), Tom Pentefountas veut «baisser le coût de la vie, s’occuper des aînés et réduire les heures passées dans le trafic», écrit-il succinctement.

Tom Pentefountas (PCC)

Résidant de Ville Mont-Royal, M. Pentefountas connaît bien le secteur ouest de Laval pour avoir fait campagne dans le comté provincial de Fabre en 2008 sous la bannière de la défunte Action démocratique du Québec (ADQ) de Mario Dumont. Celui qui avait également représenté l’ADQ lors d’une partielle dans Nelligan en 2004 a présidé aux destinées du Comité exécutif national de cette formation politique en 2007 et 2008.

Lors d’un point de presse tenu à son local électoral en début de campagne, il avait, entre autres, vanté les mérites du controversé corridor énergétique de la plateforme conservatrice, alors présenté comme «un plan au cœur de la croissance économique du Québec» qui allait permettre d’exporter l’hydroélectricité à travers le pays en cette ère d’électrification des transports.

Quant à la question nationale, M. Pentefountas avait rappelé «que ce sont les conservateurs qui ont reconnu le Québec comme une nation et qui respectent les champs de compétence des provinces», mentionnant au passage que son chef s’est engagé à ne pas contester la loi québécoise sur la laïcité de l’État.

Né au Québec de parents d’origine grecque, cet avocat de profession, qui a occupé la vice-présidence du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), est membre de la Chambre de commerce hellénique de Montréal dont il a aussi été le vice-président.

Nacera Bedad

Porte-couleurs du Bloc québécois (BQ), Nacera Bedad n’a malheureusement pas répondu à l’invitation du Courrier Laval.

Nacera Bedad (BQ)

Voici donc ce qu’on peut lire sur le site officiel du Bloc à propos de cette candidate d’origine algérienne qui, l’an dernier, faisait campagne dans le comté provincial de Chomedey sous la bannière du Parti québécois.

«Nacera Bedad est électronicienne de formation, spécialisée dans les télécommunications. Elle est actuellement directrice des programmes au Collège Jade, qui offre des cours de langues et de la formation professionnelle aux immigrants et aux étudiants internationaux.»

«Étant moi-même arrivée au Québec il y a huit ans, je comprends les défis des immigrants. Ottawa ne doit pas empêcher le gouvernement du Québec de mettre l’accent sur l’importance de la langue française et du travail pour l’intégration. Il faut aussi en faire davantage en matière de logement, alors que 40 % des locataires y investissent une part dangereusement élevée de leurs revenus et encore davantage chez les nouveaux arrivants, dont plus du tiers sont au chômage. Et il faut penser à nos aînés, qui seront plus nombreux qu’ailleurs au Québec à avoir des besoins locatifs dans les prochaines années», y déclare celle qui souhaiterait défendre leurs intérêts à Ottawa.

Noémia Onofre De Lima

Représentant le Nouveau Parti démocratique (NPD), Noémia Onofre De Lima s’engage «à promouvoir et améliorer la qualité de vie» des citoyens notamment en matière de «justice, droits, égalité et sécurité».

Noémia Onofre de Lima (NPD)

Native de São Miguel, la plus grande île de l’archipel portugais des Açores, Mme Onofre De Lima cible également parmi ses priorités l’environnement via «la protection des milieux humides, boisés et terres agricoles».

Elle encourage les mesures en soutien aux «petits commerçants», réclame «plus de support pour les familles [bi et] monoparentales, les femmes et les personnes du troisième âge», veut protéger «les pensions et l’assurance-emploi» en plus d’«améliorer les processus d’immigration et la situation des migrants».

Résidente de Chomedey dans le comté voisin de Laval-Les Îles, la candidate néo-démocrate dit lutter «pour bâtir une collectivité plus juste», elle qui souhaite porter la voix des moins bien nantis à Ottawa.

Consultante pour des entreprises en démarrage, elle s’implique aussi bénévolement auprès de l’Association portugaise Notre-Dame-de-Fatima, du conseil de la fabrique et d’organismes venant en aide aux femmes lavalloises.

Noémia Onofre De Lima en est à sa quatrième campagne électorale en sol lavallois, elle qui a brigué les suffrages comme candidate indépendante au scrutin provincial de 2007 dans le comté de Chomedey avant de tenter sa chance lors des élections municipales de 2009 dans le district Chomedey avec le défunt Parti au service des citoyens (PSC), puis en 2013 à titre d’indépendante dans le district Sainte-Dorothée.

Sari Madi
Porte-couleurs du Parti vert (PV) du Canada, Sari Madi fait du transport public son premier enjeu.

Sari Madi (PV)

«La circonscription a besoin d’un plan de transport en commun qui offre une meilleure mobilité aux résidents. À partir d’une collaboration avec les différents paliers gouvernementaux, il serait bénéfique de réduire la congestion routière en augmentant le nombre de voies réservées aux bus et en prolongeant le métro», fait-il valoir.

À ses yeux, la ville-région demeure «un terrain propice pour le développement de l’agriculture de proximité et la culture hydroponique». À cet égard, il soutient que «des subventions gouvernementales permettront aux fermiers locaux de se développer [et] à la population de consommer localement», ce qui aurait pour effet de réduire d’autant les émissions de gaz à effet de serre reliées au transport des fruits et légumes, précise-t-il.

Finalement, M. Madi plaide pour «une meilleure intégration économique de la population immigrante» comme moyen pour «contrer la pénurie de main-d’œuvre» qui sévit au Québec comme ailleurs au pays.

Cette intégration, dit-il, doit passer par la reconnaissance des qualifications professionnelles obtenues à l’étranger des nouveaux arrivants.

Chargé de cours et spécialiste en politiques publiques, il détient une maîtrise en relations industrielles et est à compléter son doctorat sur le changement institutionnel dans le marché du travail. Ses publications portent sur les politiques d’immigration et de la diversité ainsi que sur les relations d’emploi. Né au Liban, Sari Madi, qui a vécu des années à Laval, vit actuellement à Longueuil.

Marie-Louise Beauchamp

Candidate du Parti populaire du Canada (PPC), Marie-Louise Beauchamp, qui habite la circonscription de Laval-Les Îles où elle tente de se faire élire, n’a identifié aucun «enjeu régional» dans la présente campagne.

Marie-Louise Beauchamp (PPC)

«Nous sommes un parti national. Si les citoyens soulèvent des enjeux de compétence fédérale, nous défendrons leurs intérêts à Ottawa», répond-elle.

Contrairement à tous les autres candidats, Mme Beauchamp est la seule à faire totalement abstraction des mesures nationales proposées dans la plateforme électorale du parti qu’elle représente.

Dans les notes biographiques transmises par le PPC, on apprend que la candidate lavalloise est juriste de formation, exerce le droit depuis 2002 et œuvre à son compte principalement en droit de la famille et droit civil.

Mme Beauchamp préside également aux destinées de l’organisme Enfam-Québec qui vient en aide aux familles monoparentales. Son engagement communautaire l’a amenée à offrir bénévolement ses services à la Clinique juridique des femmes du YWCA de Montréal pendant plus de huit ans.

Marie-Louise Beauchamp en est à sa deuxième expérience électorale, elle qui avait fait campagne aux dernières élections municipales avec Action Laval – Équipe Jean-Claude Gobé dans le district de Sainte-Rose, terminant 3e avec 11 % des suffrages.

Limites du comté

Créé en 2004 à partir de l’ancienne circonscription de Laval-Ouest, le comté de Laval-Les Îles englobe les secteurs des Îles-Laval, Laval-Ouest, Laval-sur-le-Lac, Sainte-Dorothée et une partie de Fabreville. Bordée par les rivières des Mille Îles (au nord) et des Prairies (au sud), cette circonscription fédérale couvrant la partie ouest de l’île Jésus s’arrête à l’autoroute Chomedey (A-13) dans la portion située au nord du boulevard Saint-Martin, alors qu’au sud de celui-ci, Laval-Les Îles se prolonge jusqu’au boulevard Curé-Labelle et – dans sa portion la plus au sud – la 83e Avenue aux limites du comté de Vimy.

Laval-Les Îles en chiffres


47

Superficie en kilomètres carrés

83 121

Nombre d’électeurs sur les listes préliminaires

108 003

Population selon le recensement de 2016

Commentaires

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page