Connectez-vous à nous

Les employés d’Urgences-santé débrayent pour 48 heures

Actualités

Les employés d’Urgences-santé débrayent pour 48 heures

AUSTÉRITÉ. Le Tribunal administratif du travail juge les services essentiels suffisants après avoir reçu, le 8 février, un avis du Syndicat des employé-e-s d’Urgences-santé indiquant son intention de recourir à une grève de 48 heures à compter du 21 février, dès 23 h.

Commentaires

Ce Syndicat représente les répartiteurs médicaux d’urgence (RMU) et employés de bureau de la Corporation d’Urgences-santé.

En prévision de ce débrayage, le Syndicat et l’employeur ont convenu d’une entente de services essentiels à maintenir. Après analyse de cet accord, le Tribunal juge que les services essentiels prévus sont suffisants pour assurer la santé ou la sécurité de la population.

L’entente de services essentiels prévoit notamment que le Syndicat s’engage à répondre à l’ensemble des appels de la population, des partenaires santé et partenaires d’urgence à partir de l’ensemble des questions contenues dans les protocoles 1 à 33 et autres standards opérationnels.

Le regroupement de travailleurs s’engage aussi à affecter et répartir les ressources préhospitalières disponibles de façon appropriée, efficace et efficiente.

Par ailleurs, l’entente énumère certaines tâches ou fonctions qui ne seront pas accomplies pendant la grève. Ces éléments ne sont pas de nature à mettre en danger la santé ou sécurité des citoyens.

En cas de situation exceptionnelle et urgente non prévue, le Syndicat s’engage à fournir, à la demande de l’employeur, le personnel nécessaire pour y faire face tel qu’on a pu le voir par le passé lors d’une tempête ou inondation.

L’entièreté de la décision, incluant l’entente de services essentiels, est disponible sur le site Web www.tat.gouv.qc.ca. (B.L.)

Ce Syndicat représente les répartiteurs médicaux d’urgence (RMU) et employés de bureau de la Corporation d’Urgences-santé.

En prévision de ce débrayage, le Syndicat et l’employeur ont convenu d’une entente de services essentiels à maintenir. Après analyse de cet accord, le Tribunal juge que les services essentiels prévus sont suffisants pour assurer la santé ou la sécurité de la population.

L’entente de services essentiels prévoit notamment que le Syndicat s’engage à répondre à l’ensemble des appels de la population, des partenaires santé et partenaires d’urgence à partir de l’ensemble des questions contenues dans les protocoles 1 à 33 et autres standards opérationnels.

Le regroupement de travailleurs s’engage aussi à affecter et répartir les ressources préhospitalières disponibles de façon appropriée, efficace et efficiente.

Par ailleurs, l’entente énumère certaines tâches ou fonctions qui ne seront pas accomplies pendant la grève. Ces éléments ne sont pas de nature à mettre en danger la santé ou sécurité des citoyens.

En cas de situation exceptionnelle et urgente non prévue, le Syndicat s’engage à fournir, à la demande de l’employeur, le personnel nécessaire pour y faire face tel qu’on a pu le voir par le passé lors d’une tempête ou inondation.

L’entièreté de la décision, incluant l’entente de services essentiels, est disponible sur le site Web www.tat.gouv.qc.ca. (B.L.)

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page