Connectez-vous à nous

Les candidats de Vimy lèvent le voile sur leurs enjeux

lidl opening times today

Actualités

Les candidats de Vimy lèvent le voile sur leurs enjeux

(N.D.L.R.) Cette semaine, le Courrier Laval poursuit sa tournée des comtés en vous présentant les candidats des six principales formations politiques en lice dans la circonscription de Vimy. Appelés à identifier jusqu’à trois grands enjeux locaux et régionaux visant spécifiquement les citoyens dont ils sollicitent l’appui et souhaitent défendre les intérêts à Ottawa, les candidats disposaient d’un maximum de 150 mots pour exposer leurs priorités. Voici donc les principaux thèmes (souvent nationaux) dont ils ont fait leur cheval de bataille en cette campagne électorale, les réponses obtenues oscillant entre 23 et 296 mots.

Annie Koutrakis

Candidate libérale succédant à la députée sortante Eva Nassif, Annie Koutrakis mentionne d’entrée de jeu que «la défense des droits des femmes, des enfants et les droits de la personne» est dans son ADN: «J’ai toujours fait de mon mieux pour lutter contre l’injustice», écrit-elle.

Annie Koutrakis (PLC)

Saluant le bilan économique du gouvernement Trudeau, elle se dit «convaincue qu’il faut continuer à aider nos familles et nos aînés pour bâtir une classe moyenne forte».

«Je crois fermement en une approche progressiste de la politique. Il faut soutenir les investissements dans la santé, l’éducation, l’environnement, les infrastructures de transport et l’immigration. Le Parti libéral du Canada a un plan solide pour améliorer la qualité de vie des gens», poursuit celle qui tentera de conserver le comté de Vimy dans le giron libéral.

À sa première expérience comme candidate, cette résidente de Montréal qualifie son «implication en politique» de «suite logique» de son «parcours professionnel», elle qui précise avoir «toujours été une leader proche des gens».

Vice-présidente et directrice de succursale pour le compte d’un important courtier en valeurs mobilières, Mme Koutrakis est présidente-directrice générale de la Communauté hellénique du Grand Montréal (CHGM).

Première femme à présider aux destinées de cette organisation centenaire représentant quelque 70 000 personnes d’origine grecque à travers la région métropolitaine, Annie Koutrakis a siégé dans le passé à différents conseils d’administration dont celui du CLSC Norman-Bethune, à Chomedey, et de la Chambre de commerce hellénique du Montréal métropolitain.

Rima El-Helou

Représentant le Parti conservateur du Canada, Rima El-Helou cible comme principal enjeu dans Vimy «la situation économique des familles et des personnes âgées», celles-ci ayant «moins d’argent dans leurs poches et ne peuvent plus joindre les deux bouts à la fin de chaque mois», mentionne-t-elle.

Rima El-Helou (PCC)

«Andrew Scheer a déjà promis une baisse d’impôts graduelle pour tout le monde, une nouvelle mesure qui s’ajoute à l’abolition de la TPS sur la facture d’Hydro et l’élimination de la taxe carbone».

La légalisation de la marijuana figure également sur son écran radar, rappelant au passage que la consommation n’est pas sans impact sur la santé mentale des jeunes et la productivité des employés. «Notre gouvernement prendra des mesures concrètes pour faire face à cet enjeu et assurer la sécurité de nos jeunes.»

Habitant dans Marc-Aurèle-Fortin, le comté qui voisine au nord celui qu’elle tente de ravir aux libéraux, Mme El-Helou cite en rafale les engagements de son parti «de ne pas participer à des contestations judicaires contre la loi 21, de travailler […] sur un rapport d’impôt unique, de respecter les champs de compétence de la province en termes de choix des immigrants et […] de nommer un ministre québécois à Ottawa».

Née au Liban, Rima El-Helou, qui dirige sa propre entreprise, est consultante accréditée en immigration canadienne. Elle est également membre fondatrice du Cercle Maronite, un organisme à but non lucratif basé à Montréal venant en aide aux personnes dans le besoin, particulièrement les nouveaux immigrants et les femmes en situation de vulnérabilité.

Claire-Emmanuelle Beaulieu

Porte-couleur du Bloc québécois dans Vimy, Claire-Emmanuelle Beaulieu fait de la «promotion des gestes verts» sa priorité.

Claire-Emmanuelle Beaulieu (BQ)

À cet égard, elle suggère «l’élimination des contenants à usage unique et non-recyclable», la création d’un «programme d’éducation citoyenne favorisant la décoration des demeures avec des plantes maraîchères pour éliminer une partie du transport de denrées périssables, un programme d’encouragement d’achat de tondeuses électriques» et de «couvre-sols indigènes qui éliminerait l’utilisation des pesticides».

Dans la même foulée, la candidate bloquiste, qui réside à Repentigny, propose la mise en place d’«incitatifs» afin que les employeurs favorisent le télétravail «pour réduire les déplacements sur la route et diminuer la circulation aux heures de pointe».

Conseillère en information de gestion chez Hydro-Québec, où elle travaille depuis plus de 25 ans, Mme Beaulieu propose par ailleurs d’«améliorer le transport en commun sur toute l’île» en privilégiant «l’énergie électrique pour la propulsion du moyen de transport».

«Mon expérience m’a prouvé que le Québec a tout à gagner lorsqu’on investit dans les énergies propres plutôt que les énergies fossiles.»

Elle fait également valoir que le rehaussement du niveau de vie «passe par une meilleure intégration des immigrants tant au niveau des valeurs que de la langue, mais aussi par des emplois de qualité».

Enfin, Mme Beaulieu dit vouloir «participer aux travaux qui légueront à nos enfants un Québec indépendant, fort de sa personnalité, son économie, son milieu de vie et son environnement.»

Vassif Aliev

Porte-étendard du Nouveau Parti démocratique dans Vimy, Vassif Aliev table sur le transport en commun, l’environnement et l’aide aux PME dans la présente campagne.

Vassif Aliev (NPD)

Évoquant la croissance démographique régionale, il écrit que «la Ville de Laval doit rapidement augmenter son offre de transport public, tel que le métro», ajoutant que «construire plus de ponts et autoroutes n’aide pas à alléger la circulation et cause une augmentation de la pollution».

En matière d’environnement, la lutte contre le réchauffement planétaire est pour lui un incontournable: «Étant intervenu à Laval à deux reprises [lors] des inondations, il est clair que l’enjeu des changements climatiques touche directement les Lavallois et leur domicile».

Enfin, celui qui poursuit une maîtrise en administration publique revient sur l’engagement du NPD à l’effet d’inclure au système de santé universel une assurance-médicaments pour tous d’ici la fin 2020. «En prenant charge de la couverture médicale complète de tous les citoyens, on allègera le fardeau fiscal et la gestion auprès des PME et des employés, ce qui augmente[ra] la productivité et la disponibilité de la main-d’œuvre.»

Natif de Bakou, capitale et pôle commercial de l’Azerbaïdjan, le candidat néo-démocrate qui habite dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie est membre des Forces armées canadiennes. Ayant déjà appartenu au 4e Bataillon du Royal 22e Régiment, situé à Laval, M. Aliev est actuellement affecté à la base militaire de Longue-Pointe dans l’est de Montréal, où il occupe le poste de magasinier de combat.

Faiza R’Guiba

L’équité environnementale et sociale sont au coeur des préoccupations de la candidate du Parti vert du Canada dans Vimy, Faiza R’Guiba.

Faiza R’Guiba (PV)

Celle qui est à la fois éco-designer, consultante en efficacité énergétique et courtière immobilière y voit «deux enjeux indissociables pour permettre une économie circulaire qui respire».

«On ne peut réaliser une croissance économique dans un environnement qui ne soit pas hautement propre et sain», écrit-elle en dénonçant au passage la pollution organique, sonore et électro-magnétique.

Pour cette militante écologiste, l’enjeu entourant l’habitation demeure le troisième dossier à traiter en urgence. «La crise du logement partout au Canada est un fait et non un mythe sur lequel il faut se pencher et réfléchir ensemble», poursuit Mme R’Guiba, ajoutant que «le logement est un droit fondamental et non un bien de luxe».

Native d’Oran, une ville portuaire au nord-ouest de l’Algérie, cette mère de deux enfants aujourd’hui établie dans l’arrondissement Saint-Laurent s’est d’ailleurs rendue dans le Grand Nord québécois pour mieux comprendre les enjeux énergétique et du logement touchant les communautés autochtones.

Détentrice d’un Certificat en ressources énergétiques de l’UQÀM, celle qui pratique l’agriculture urbaine est conférencière et chercheure en nouvelles pratiques éco-responsables en matière d’énergies appliquées aux bâtiments et sécurité alimentaire. Faiza R’Guiba en est à sa deuxième campagne fédérale, elle qui s’était présentée avec les Verts en 2015 dans Laval-Les Îles.

Suzanne Brunelle

Candidate du Parti populaire du Canada (PPC), Suzanne Brunelle cible pour enjeux l’immigration selon les «besoins économiques du comté», la réduction d’impôt «pour les citoyens» et la santé de manière à «remettre aux provinces les incitations pour [réduire] les listes d’attente et les coûts», sans donner plus de détails.

Suzanne Brunelle (PPC)

À travers les quelques lignes transmises par le Parti, cette résidente de Laval-des-Rapide dans le comté de Vimy, qui dit s’intéresser à la chose publique «depuis toujours», affirme que «l’affaiblissement des frontières et les mesures prises par certaines élites pour faire disparaître nos valeurs, notre patrimoine ainsi que notre culture [l’] inquiètent profondément».

Agente de bord depuis 40 ans, elle est mère d’une fille de 19 ans qu’elle a élevée seule.

En matière d’immigration, le parti dont elle défend les idées veut réduire d’au moins 60 % le nombre total d’immigrants et réfugiés reçus annuellement au pays tout en privilégiant les immigrants économiques, possédant les compétences répondant aux besoins du marché du travail, au détriment des réfugiés et du programme de réunification familiale.

Au rayon de la fiscalité, le programme du Parti populaire du Canada prévoit un congé d’impôt fédéral sur les premiers 15 000 $ gagnés et ramener le palier d’imposition à 15 % sur les revenus entre 15 001 $ et 100 000 $, puis à 25 % sur les revenus supérieurs à 100 000 $.

Commentaires

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page