Connectez-vous à nous

«Les cadets, c’est une belle gang, une belle famille» – Solange Provencher

Communauté

«Les cadets, c’est une belle gang, une belle famille» – Solange Provencher

Le 1er janvier 1956, un corps de cadets scolaire voyait le jour pour les élèves de l’école St-Jean, à Pont-Viau. Ce regroupement est toujours en vie 55 ans plus tard et porte le nom de Corps de Cadets 2567 Dunkerque.

L’organisme a souligné cet anniversaire le 29 mai lors de son cérémonial annuel, tenu à l’aréna Cartier, sous la commande du capitaine Wilson Almeida.

Une quarantaine de cadets font partie du groupe, des jeunes âgés de 12 à 18 ans. Entre septembre et mai, ils participent à différentes activités, alors que l’été, ils peuvent assister à des camps spécialisés (musique, tir, sport, aventurier).

«Ils ont des cours théoriques où ils apprennent la topographie, la survie ou à faire des nœuds, ainsi que des expéditions régionales et provinciales, mentionne Solange Provencher, présidente du comité civil, dont les enfants ont profité de l’expérience des cadets. Cette année, nous avons fait l’acquisition d’instruments de musique pour relancer ce volet. Nous avons d’ailleurs attiré plusieurs jeunes avec la musique.»

Recrutement difficile

Mme Provencher ne s’en cache pas: le recrutement est plutôt difficile chez les cadets. Il faut faire preuve d’imagination afin d’interpeller les jeunes. «Je pense que c’est mal vu. Les gens pensent militaire, mais pourtant, il n’y a que 15 % des participants qui se dirigent dans cette carrière par la suite», dit-elle.

Pour sa part, elle ne tarit pas d’éloges sur le mouvement cadet. «On gagne beaucoup à y aller. Ça développe la débrouillardise, la discipline, le respect et ça responsabilise les jeunes. Ça les garde actifs avec le sport et c’est toujours bien vu dans un CV de voir qu’ils ont été cadets. C’est une belle gang, une belle famille», décrit-elle, insistant sur la gratuité des activités.

Bref historique

Le regroupement a bien sûr connu maints changements au fil des ans. Neuf ans après sa création, il prend le nom de Corps de Cadets 2567 Pont-Viau et devient accessible à tous les jeunes.

En 1969, l’Unité s’appelle désormais Corps de Cadets 2567 Dunkerque 1944 Pont-Viau et déménage ses activités au campus Pont-Viau. En 1972, elle trouve une nouvelle adresse: l’école Notre-Dame-De-Lourdes. Un autre déménagement marquera son histoire puisqu’en novembre 1979, le corps de cadets s’installe au centre communautaire St-Louis-De-Montfort, des locaux qu’il occupe toujours aujourd’hui.

À cette même époque, l’organisme vit un moment important alors que la cadette adjudant-chef Chantal Hébert devient la première femme à commander l’Unité, quatre ans après l’arrivée des premières filles au sein du groupe de cadets.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à la retraite

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Communauté

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page