Connectez-vous à nous

L’école Léon-Guilbault lance son journal

Actualités

L’école Léon-Guilbault lance son journal

ÉDUCATION. Les élèves de l’école Léon-Guilbault ont procédé au lancement de la 1re édition de leur journal Flash sur Léon, le 19 mars dernier. La conférence de presse a également été l’occasion de dévoiler le nouveau logo de l’établissement.

Commentaires

«Je suis fière car le journal est un projet très mobilisateur et rassembleur, a fait valoir la directrice, Ginette Turcotte. Il rapproche les élèves et les parents qui les encadrent.» L’activité parascolaire qui se déroule trois fois par semaine, regroupe une équipe de 13 journalistes soutenus par un groupe de 5 parents bénévoles.

Réunir

À la suite de l’agrandissement de l’aire de desserte, beaucoup d’élèves ont intégré l’école Léon-Guilbault en septembre 2013.

L’établissement, qui a dû ajouter deux nouveaux pavillons, est en effet passé de 400 à plus de 600 enfants, en quelques mois. «On cherchait un outil de communication pour mieux intégrer les nouveaux venus et réunir tout le monde, malgré cet éclatement [dans plusieurs bâtiments]», se souvient Nadine Coulombe, parent bénévole au journal.

Flash sur Léon est financé à hauteur de 18 500 $ par la Banque Nationale et de 2000 $ par la Fondation scolaire de Laval. Un second numéro devrait paraître d’ici la fin de l’année scolaire.

Couverture

Tournois sportifs, activités culturelles, sorties éducatives et projets spéciaux, les sujets d’actualités ne manquent pas.

«Les élèves se sentent responsables d’informer les autres élèves de ce qui se passe dans l’école, explique la directrice. Cela permet aux petits de voir ce que font les grands et aux grands de voir ce que font les plus jeunes. C’est vraiment un projet porteur d’espoir.»

L’équipe de direction a également dévoilé son nouveau logo, un clin d’œil à la nouvelle réalité de l’école. «Les trois effeuillages représentent les trois pavillons mais ils sont tous reliés à un même tronc, qui représente l’école. Il était important pour nous de relancer le sentiment d’appartenance», conclut Ginette Turcotte.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page