Connectez-vous à nous
Pelle à la main, on reconnaît Stéphane Boyer et Claude Larochelle, respectivement vice-président du comité exécutif et conseiller municipal de Fabreville, flanqués, derrière, de Nicolas Moukhaiber, directeur du Service de la gestion des immeubles, et Scarlett Van Blaeren, directrice du Service de l’environnement et de l’écocitoyenneté. (Photo gracieuseté – Vincent Girard)

Environnement

L’écocentre en chantier

C’est fait! Les travaux d’aménagement d’un premier écocentre à Laval ont débuté.

Selon les prévisions, l’écocentre Dagenais, situé à la jonction des quartiers Sainte-Rose, Vimont et Chomedey, devrait ouvrir ses portes en décembre prochain.

«L’ouverture de ce premier de quatre écocentres permettra de réduire l’enfouissement en récupérant plus et mieux. Il s’agit d’une avancée majeure pour la protection de l’environnement à Laval», a déclaré le 16 juin par voie de communiqué l’élue de Sainte-Rose et responsable des dossiers environnementaux au comité exécutif, Virginie Dufour.

Bon an, mal an, le site détournerait de l’enfouissement 15 000 tonnes de matières annuellement, lesquelles seraient récupérées pour être dirigées vers les bonnes filières de traitement. On pense aux résidus domestiques dangereux (RDD), résidus de construction, de rénovation et de démolition (CRD), métaux et ferrailles, appareils réfrigérants contenant des halocarbures, matériel électronique et informatique, appareils électriques, matières recyclables, pneus, encombrants (articles non recyclables volumineux ou lourds) et branches d’arbres.

5,6 M$

En mai dernier, le conseil municipal octroyait le contrat de construction au coût de quelque 5,6 M$ à Groupe Unigesco inc. Celui-ci se donne six mois pour aménager le site du boulevard Dagenais Ouest, couvrant une superficie de 14 300 mètres carrés à l’intersection du boulevard Bellerose et de l’ave Francis Hughes.

Essentiellement, l’écocentre comprendra un poste d’accueil, une plateforme d’accès ainsi que des quais pour le déchargement des matières dans les conteneurs de récupération.

On anticipe à plus de 50 000 passages l’achalandage annuel, soit une fréquentation de près d’un millier de Lavallois par semaine.

Enfin, si ce premier centre de récupération écologique était attendu depuis une vingtaine d’années, le second écocentre ne devrait pas se faire trop attendre alors que l’administration municipale prévoit sa mise en service pas plus tard que l’an prochain.

Commentaires

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, sstamour@2m.media, 450-667-4360 poste : 3523

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page