Connectez-vous à nous

Le milieu communautaire réclame 12 M$ de plus à Québec

lidl opening times today

Actualités

Le milieu communautaire réclame 12 M$ de plus à Québec

SANTÉ. La Corporation de développement communautaire (CDC) de Laval s’est invitée à la séance du conseil d’administration du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval, le 18 février.

Commentaires

Parlant au nom des quelque 70 organismes lavallois oeuvrant en santé et services sociaux, Marc Longchamps, coordonnateur de la CDC, a fait valoir leurs demandes de financement au Programme de Soutien aux organismes communautaires (PSOC) en vue du prochain exercice financier, débutant le 1er avril.

Manque à gagner

Accompagné d’une quarantaine de membres, M. Longchamps a remis à la présidente-directrice générale du CISSS, Caroline Barbir, une facture symbolique indiquant un solde impayé de 12 M$.

C’est l’investissement supplémentaire jugé nécessaire afin de permettre aux organismes de remplir pleinement leur mission et répondre à la hausse de fréquentation et aux besoins de la population.

La CDC, qui déplore un sous-financement chronique, demande à Mme Barbir de se faire l’écho de ses revendications auprès du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

Mise à part l’indexation, la Corporation soutient que pour tout près de 80 % de ses organismes communautaires, le financement en provenance de Québec n’a pas bougé depuis cinq ans. Pour d’autres, cette stagnation remonterait à 10 ans.

«Cette situation n’est plus tenable pour les organismes. Il y a des limites à leur demander de faire plus avec moins! Il est plus que temps que le MSSS finance les organismes communautaires à la hauteur des besoins de la population», indique Marc Longchamps.

En 2015-2016, les 70 organismes ont touché 14 M$ du Ministère, ce qui représente 57 % de leurs revenus totaux.

Situation critique

Sept organismes sur 10 n’atteignent pas le seuil-plancher en termes de financement public, déplore leur porte-parole.

Il en donne pour preuve les 42 milieux de vie que sont les maisons de jeunes, de la famille et le centre des femmes, par exemple.

«Il en coûte 250 000 $ pour assurer leur fonctionnement minimal, alors que la contribution médiane du Ministère est de 140 000 $ par établissement», fait-il valoir.

L’automne dernier, lors d’une manifestation où l’on dénonçait les mesures d’austérité du gouvernement libéral et le sous-financement chronique de l’action communautaire, M. Longchamps affirmait que 3 organismes sur 10 envisageaient réduire la semaine de travail de leurs employés, geler ou diminuer leur salaire, voire abolir certains postes. Pis encore, des groupes songeaient même à fermer leurs portes.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page