Connectez-vous à nous

Le martinet ramoneur traité aux petits oignons

lidl opening times today

Actualités

Le martinet ramoneur traité aux petits oignons

NATURE. Nouvellement restaurée, la maison patrimoniale Félix-Labelle qui voisine le Pavillon d’accueil du Parc de la Rivière-des-Mille-Îles offre désormais un habitat propice à la nidification du martinet ramoneur, une espèce désignée menacée au pays.

Commentaires

Grâce à l’appui de la Ville et de l’entreprise Rocart Construction, qui a réalisé les travaux, deux des trois cheminées d’origine, aujourd’hui non fonctionnelles, ont pu être restaurées à cette fin.

Cette initiative permet ainsi à l’organisme Éco-Nature d’offrir le gîte à ces oiseaux, et ce, à même le toit de l’édifice qui abrite ses bureaux administratifs depuis l’automne dernier, dans le quartier Sainte-Rose.

L’OSBL dédié à la protection et à la conservation de la rivière des Mille Îles rappelle qu’il y a quelques années, il avait restauré une première cheminée en ruine sur l’île aux Fraises, toujours au profit du martinet ramoneur qu’on peut observer sur le territoire du début du mois de mai à la fin du mois d’août, mentionne Fabienne Dupont-Lauzon, responsable des communications.

À la fin de l’été, cette espèce migre vers l’Amérique du sud.

On peut observer le martinet ramoneur sur le territoire du Parc de la Rivière-des-Mille-Îles du début du mois de mai à la fin du mois d’août.
On peut observer le martinet ramoneur sur le territoire du Parc de la Rivière-des-Mille-Îles du début du mois de mai à la fin du mois d’août.  ©Photo – Photo gracieuseté Georges L. Armistead

Certifiés

Éco-Nature a bénéficié de l’expertise du Regroupement QuébecOiseaux (RQO) et de Maçonnerie JB afin de concevoir des chapeaux de cheminée permettant au martinet ramoneur d’y nicher.

Faits sur mesure, ces chapeaux répondent aux recommandations émises par le RQO et Environnement Canada, précise-t-on.

Il s’agit de la seule initiative du genre au Québec, signale au passage l’organisme lavallois.

Les deux cheminées offrent désormais des habitats essentiels à la survie de cette espèce qui, comme son nom l’indique, utilise les cheminées de maçonnerie pour se reposer et y construire son nid.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
342
Haut de page