Connectez-vous à nous

Le maire défend le poste de la conjointe d’un élu

Actualités

Le maire défend le poste de la conjointe d’un élu

ÉTHIQUE. Évoquant un conflit d’intérêt, une citoyenne a reproché au maire et chef du Mouvement lavallois, Marc Demers, d’avoir à l’emploi de son parti la conjointe d’un élu.

Commentaires

Candidate indépendante défaite dans L’Abord-à-Plouffe aux dernières élections, Sonia Baudelot est d’avis que l’équipe du maire contrevient au Code d’éthique et de déontologie des élus de la Ville de Laval.

À la période de question du conseil de février, Mme Baudelot a dénoncé le fait que Mme Isabelle Piché, conjointe de David De Cotis, vice-président du comité exécutif, soit rémunérée à même le budget de recherche et de soutien, un fonds financé par la Ville.

«Elle n’est pas à l’emploi de la Ville, elle est à l’emploi du Mouvement lavallois», a rétorqué le maire, qui n’y voit pas l’ombre d’un conflit d’intérêt.

Tout en faisant une distinction entre un emploi politique et un poste à la fonction publique, il a fait valoir que Mme Piché avait «toutes les compétences» requises pour effectuer le travail à la permanence du parti et qu’elle ne jouissait d’aucune sécurité d’emploi.

«Elle va perdre son emploi quand les élus du Mouvement lavallois vont perdre leurs élections», a-t-il ajouté.

Confiance du public

Le conseiller Michel Trottier a pour sa part indiqué que l’opposition officielle était «au fait de cette situation avec laquelle on n’est pas très confortable».

Il s’est rappelé la formation donnée par l’Union des municipalités du Québec (UMQ), notamment les tests de la transparence et de la confiance qui devaient guider les élus lors d’une prise de décision.

«Légal, pas légal, je n’ai pas l’expertise pour le dire. Par contre, je considère que d’engager la conjointe d’un élu, peu importe le poste, ça peut venir miner la confiance du public.»

Bémol

Ex-membre du Mouvement lavallois siégeant aujourd’hui comme indépendant, Pierre Anthian en a rajouté, rappelant un échange passé qu’il a eu avec le directeur de cabinet du maire Demers, Gilbert Gardner. «Je lui ai demandé si mon épouse pouvait être payée à même le budget de recherche et de soutien. Il m’a répondu: »Es-tu malade? C’est un conflit d’intérêt! « ».

Au cabinet du maire, on confirme «que ce n’était pas acceptable, ni éthique qu’un élu engage personnellement sa conjointe à même son fonds de recherche».

Cela dit, on affirme que le cas de Mme Piché est différent en ce sens qu’elle n’est pas engagée par son conjoint David De Cotis, mais par le Bureau des conseillers du Mouvement lavallois composé de trois employés, dont le directeur Frédérick Mayer.

«Pour pourvoir le poste d’assistant administratif, un appel à l’ensemble des élus du Parti a été lancé. Il n’y a eu qu’une seule candidature: celle d’Isabelle Piché, qui présentait toutes les compétences nécessaires en plus de profiter de la confiance du chef et de tous les élus», explique François Brochu, porte-parole du cabinet.

«Comme l’a dit le maire, les gens de notre entourage ne doivent pas être favorisés pas plus qu’ils ne doivent être pénalisés», a-t-il terminé.

À lire également: Une question d’apparence

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page