Connectez-vous à nous

«Le maire a peut-être manqué d’habileté politique en agissant trop rapidement» – Danielle Pilette

Actualités

«Le maire a peut-être manqué d’habileté politique en agissant trop rapidement» – Danielle Pilette

En retirant à David De Cotis la vice-présidence du comité exécutif et en l’expulsant de cette instance dans les heures qui ont suivi la fronde menée contre lui, le maire Marc Demers a sans doute contribué à cristalliser la résistance au sein de ses propres troupes.

Commentaires

C’est du moins l’avis de la spécialiste en gestion municipale et professeure associée au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale à l’UQÀM, Danielle Pilette

«Le maire a peut-être manqué d’habileté politique en agissant trop rapidement, suggérait-elle lorsque jointe le 7 juin dernier pour commenter la crise politique qui déferle à Laval. M. De Cotis, qui est le numéro 2, devient un genre de contre-pouvoir et se fait le dépositaire de certaines orientations. Je pense que sa destitution était très prématurée.»

Puis, évoquant la proposition lancée le matin même par le maire à son caucus, Mme Pilette ajoute: «La médiation, ce n’est pas mauvais, mais un peu à retardement.  Il aurait fallu entamer le processus avant de le destituer pour voir s’il était possible de dégager des consensus.»

Cela aurait notamment permis d’identifier d’autres leaders parmi les dissidents qui auraient pu désamorcer le conflit de l’intérieur, voire isoler David De Cotis, fait valoir l’universitaire. «Le maire s’est trompé», lâche-t-elle.

Image

Quant au boycott des séances du conseil des 6 et 7 juin, Danielle Pilette soulève le «manque de cohérence» du maire Demers et des élus qui lui sont fidèles, considérant que la veille au soir, tous avaient voté en faveur de l’ajournement au 6 juin.

«Je pense qu’ils se devaient de faire contre mauvaise fortune bon cœur, respecter le vote unanime et procéder, quitte à reporter certains points [à l’ordre du jour]. C’est important de ne pas projeter l’image d’une Ville paralysée pour des raisons politiques», soutient-elle.

Idem pour le maire, poursuit la spécialiste: «Il ne faut pas qu’il donne l’impression d’être si atteint par une crise politique. Il est le maire, il a des pouvoirs politiques particuliers et ça, ça reste. Si j’étais lui, j’essaierais d’éviter d’abord que l’image de la Ville soit entachée, mais aussi d’éviter d’avoir l’air touché ou paralysé par ces crisettes qui se vivent dans toutes les organisations.»

Selon elle, le véritable danger est que la crise nuise à la prise de décisions aux prochaines séances du conseil municipal. «Ça prend beaucoup de maturité pour arriver à prendre collectivement des décisions qui n’entravent pas le fonctionnement de la Ville dans ses opérations quotidiennes.»

(Note: au moment de l’entrevue, l’affidavit signé par 10 élus du parti du maire Demers n’était pas du domaine public.)

C’est du moins l’avis de la spécialiste en gestion municipale et professeure associée au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale à l’UQÀM, Danielle Pilette

Danielle Pilette, professeure au département dDanielle Pilette, professeure au département d’études urbaines et touristiques de l’UQAM.  ©Photo – Copyright: All rights reserved

«Le maire a peut-être manqué d’habileté politique en agissant trop rapidement, suggérait-elle lorsque jointe le 7 juin dernier pour commenter la crise politique qui déferle à Laval. M. De Cotis, qui est le numéro 2, devient un genre de contre-pouvoir et se fait le dépositaire de certaines orientations. Je pense que sa destitution était très prématurée.»

Puis, évoquant la proposition lancée le matin même par le maire à son caucus, Mme Pilette ajoute: «La médiation, ce n’est pas mauvais, mais un peu à retardement.  Il aurait fallu entamer le processus avant de le destituer pour voir s’il était possible de dégager des consensus.»

Cela aurait notamment permis d’identifier d’autres leaders parmi les dissidents qui auraient pu désamorcer le conflit de l’intérieur, voire isoler David De Cotis, fait valoir l’universitaire. «Le maire s’est trompé», lâche-t-elle.

Image

Quant au boycott des séances du conseil des 6 et 7 juin, Danielle Pilette soulève le «manque de cohérence» du maire Demers et des élus qui lui sont fidèles, considérant que la veille au soir, tous avaient voté en faveur de l’ajournement au 6 juin.

«Je pense qu’ils se devaient de faire contre mauvaise fortune bon cœur, respecter le vote unanime et procéder, quitte à reporter certains points [à l’ordre du jour]. C’est important de ne pas projeter l’image d’une Ville paralysée pour des raisons politiques», soutient-elle.

Idem pour le maire, poursuit la spécialiste: «Il ne faut pas qu’il donne l’impression d’être si atteint par une crise politique. Il est le maire, il a des pouvoirs politiques particuliers et ça, ça reste. Si j’étais lui, j’essaierais d’éviter d’abord que l’image de la Ville soit entachée, mais aussi d’éviter d’avoir l’air touché ou paralysé par ces crisettes qui se vivent dans toutes les organisations.»

Selon elle, le véritable danger est que la crise nuise à la prise de décisions aux prochaines séances du conseil municipal. «Ça prend beaucoup de maturité pour arriver à prendre collectivement des décisions qui n’entravent pas le fonctionnement de la Ville dans ses opérations quotidiennes.»

(Note: au moment de l’entrevue, l’affidavit signé par 10 élus du parti du maire Demers n’était pas du domaine public.)

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page