Connectez-vous à nous

Le CRE cosignataire d’une lettre expédiée à Justin Trudeau

Actualités

Le CRE cosignataire d’une lettre expédiée à Justin Trudeau

OLÉODUC. Le Conseil régional de l’environnement (CRE) de Laval figure parmi plus d’une centaine d’organisations de la société civile qui demandent au premier ministre Justin Trudeau de tenir ses promesses avant son départ pour la Conférence de Paris sur les changements climatiques, laquelle s’ouvrira le 30 novembre.

Commentaires

Dans une lettre adressée au PM et à sa ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, on leur réclame de mettre fin aux examens coûteux de deux projets d’oléoduc, dont celui d’Énergie Est de TransCanada qui traversera le comté d’Alfred-Pellan dans l’extrême pointe est de l’île Jésus.

«Arrêter les examens des projets d’oléoduc est l’une des promesses que le premier ministre Trudeau peut réaliser seul, sans avis juridique, fait valoir Patrick Bonin de Greenpeace Canada. Il démontrerait ainsi un leadership fort en faveur de la protection du climat deux semaines avant le début de la conférence de Paris.»

M. Bonin ajoute que de «ne pas évaluer l’impact climatique des projets d’oléoduc transportant du pétrole issu des sables bitumineux mettrait en doute la volonté réelle du gouvernement à lutter contre les changements climatiques».

Processus d’évaluation

En clair, les organisations signataires rappellent l’engagement du Parti libéral du Canada de rétablir le processus d’évaluation environnementale selon des normes crédibles et rigoureuses, et ce, à la lumière des meilleures données scientifiques disponibles.

Elles estiment que l’acceptabilité sociale de tout projet avalisé par l’Office national de l’énergie (ONÉ) passe inévitablement par une réforme de ses processus d’examen, dont on exige qu’ils soient menés de façon transparente et collaborative avec le public.

À cet égard, le directeur du CRE de Laval, Guy Garand, déplore les règles de sélection des participants et le manque de transparence lors des audiences publiques de l’ONÉ.

Finalement, les requérants souhaitent que tout projet en matière d’énergie soit désormais évalué selon sa contribution positive au principe de durabilité écologique, le tout en tenant compte des émissions de gaz à effet de serre en amont et en aval des infrastructures.

Outre le CRE, l’Association des étudiantes et étudiants de Laval inscrits aux études supérieures est la seule autre organisation locale parmi les cosignataires de cette lettre adressée au premier ministre du pays.

(Ne manquez rien de l’actualité en vous abonnant à notre infolettre)

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page