Connectez-vous à nous

Le consentement sexuel au cœur du troisième Porte-Voix

Actualités

Le consentement sexuel au cœur du troisième Porte-Voix

SOCIÉTÉ. Après une année sans publication, le magazine Le Porte-Voix, de l’organisme Oasis, une unité mobile d’intervention, revient avec une troisième édition portant sur le consentement sexuel chez les jeunes.

Commentaires

Dans les 28 pages de la revue, qui a bénéficié d’une aide financière de 6000 $ d’Hydro-Québec et d’un investissement de 4000 $ d’Oasis, on retrouve notamment des reportages sur le témoignage d’un jeune agresseur, les lois sur les agressions sexuelles au Canada, les victimes et les agressions sexuelles et la justice.

«Au départ, il ne devait y avoir qu’un seul texte sur le consentement sexuel, mais il y avait tellement de choses à dire que nous avons décidé d’y consacrer tout le magazine», a expliqué Marilyn Coutu, coordonnatrice de l’Oasis, lors du lancement le 17 mai, aux locaux de Travail de Rue Île de Laval (TRÎL), un précieux collaborateur.

Les deux premières éditions, publiées en 2014 et 2015, abordaient plutôt divers sujets, entre autres, l’itinérance, le travail du sexe, le racisme et l’orientation sexuelle.

Par et pour les jeunes

Le magazine Le Porte-Voix est réalisé par les jeunes et s’adresse à cette même clientèle. Les 1000 copies imprimées seront d’ailleurs distribuées dans tout le réseau des regroupements jeunesse sur l’île Jésus.

«Une quinzaine de jeunes ont collaboré à ce numéro, en plus des activités de création que l’on a fait à l’intérieur de notre caravane, comme pour les mots croisés», a révélé la coordonnatrice.

La caravane partageait d’ailleurs les projecteurs au lancement du magazine, alors qu’on dévoilait son tout nouveau look extérieur et intérieur.

«Les collants de vinyle sur la caravane ont été refaits et à l’intérieur, il y a de la nouvelle peinture et du nouveau mobilier», a ajouté Marilyn Coutu.

L’unité mobile sillonne les rues lavalloises depuis 20 ans et le véhicule actuel montre 10 années de service. «Nous sommes une ressource de première ligne et aidons les gens de 12 ans et plus. Avec la caravane, c’est en grande majorité la clientèle jeunesse que nous rejoignons, alors que dans nos bureaux [du boulevard des Laurentides], nous accueillons plus les adultes», de conclure Marilyn Coutu.

Dans les 28 pages de la revue, qui a bénéficié d’une aide financière de 6000 $ d’Hydro-Québec et d’un investissement de 4000 $ d’Oasis, on retrouve notamment des reportages sur le témoignage d’un jeune agresseur, les lois sur les agressions sexuelles au Canada, les victimes et les agressions sexuelles et la justice.

La caravane du regroupement Oasis a subi une cure de rajeunissement. Les résultats ont aussi été dévoilés au point de presse.La caravane du regroupement Oasis a subi une cure de rajeunissement. Les résultats ont aussi été dévoilés au point de presse.  ©Photo – Photo TC Media – Mario Beauregard

«Au départ, il ne devait y avoir qu’un seul texte sur le consentement sexuel, mais il y avait tellement de choses à dire que nous avons décidé d’y consacrer tout le magazine», a expliqué Marilyn Coutu, coordonnatrice de l’Oasis, lors du lancement le 17 mai, aux locaux de Travail de Rue Île de Laval (TRÎL), un précieux collaborateur.

Les deux premières éditions, publiées en 2014 et 2015, abordaient plutôt divers sujets, entre autres, l’itinérance, le travail du sexe, le racisme et l’orientation sexuelle.

Par et pour les jeunes

Le magazine Le Porte-Voix est réalisé par les jeunes et s’adresse à cette même clientèle. Les 1000 copies imprimées seront d’ailleurs distribuées dans tout le réseau des regroupements jeunesse sur l’île Jésus.

«Une quinzaine de jeunes ont collaboré à ce numéro, en plus des activités de création que l’on a fait à l’intérieur de notre caravane, comme pour les mots croisés», a révélé la coordonnatrice.

La caravane partageait d’ailleurs les projecteurs au lancement du magazine, alors qu’on dévoilait son tout nouveau look extérieur et intérieur.

«Les collants de vinyle sur la caravane ont été refaits et à l’intérieur, il y a de la nouvelle peinture et du nouveau mobilier», a ajouté Marilyn Coutu.

L’unité mobile sillonne les rues lavalloises depuis 20 ans et le véhicule actuel montre 10 années de service. «Nous sommes une ressource de première ligne et aidons les gens de 12 ans et plus. Avec la caravane, c’est en grande majorité la clientèle jeunesse que nous rejoignons, alors que dans nos bureaux [du boulevard des Laurentides], nous accueillons plus les adultes», de conclure Marilyn Coutu.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à la retraite

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page