Connectez-vous à nous

Le Circuit bleu Charles-Bruneau s’arrête à la berge des Écores

lidl opening times today

Actualités

Le Circuit bleu Charles-Bruneau s’arrête à la berge des Écores

DUVERNAY. Une quarantaine de participants du 4e Circuit bleu Charles-Bruneau sont arrivés à bord de leur kayak à la berge des Écores, le long de la rivière des Prairies, le 15 septembre, au terme de la seconde des quatre journées de cette randonnée nautique caritative.

Commentaires

Une fois les kayaks sortis de l’eau, les sourires de satisfaction et les poings levés dans les airs ne laissaient aucun doute sur l’effort fourni depuis Sainte-Anne-de-Bellevue après avoir pagayer durant plus de 10 heures sur un parcours de 42 kilomètres. Une soixantaine de proches et amis attendaient les courageux kayakistes, crécelle en main ou sifflet à la bouche.

«Même pour moi, ça reste un défi de franchir cette distance, a bien résumé l’Olympien Hugues Fournel qui a perdu son père de la leucémie quand il avait neuf ans. J’ai consacré 10 ans à cette discipline en sprint. Là, c’est une tout autre affaire, mais j’amène mon expérience pour aider les gens sur le plan technique afin qu’ils dépensent mieux leur énergie.»

Le départ du Circuit bleu, qui fait le tour de l’île de Montréal, a été donné le 14 septembre, au quai du parc René-Lévesque, à l’écluse no 5 du canal Lachine.

«Je n’avais pas encore touché à un kayak il y a un an, mais je suis impliqué depuis sept ans auprès de la Fondation, notamment lors du tour cycliste, de confier le comédien et porte-parole de la Fondation Charles-Bruneau, Paul Doucet. Ce n’est pas la même fatigue. Les exigences sont différentes. L’important reste le désir de relever un défi et les rencontres avec les enfants et leur famille, ce qui donne le vrai sens à notre action.»

«Ça fait du bien de me retrouver ici, je me sens chez nous, d’ajouter Mylène Paquette, porte-parole du Circuit bleu Charles-Bruneau. Étant de Montréal-Nord, la rivière des Prairies était à une maison de nous. Mes parents m’y amenaient en bateau.»

On sait qu’après 10 ans à côtoyer les enfants atteints de cancer du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, l’ex-préposée aux bénéficiaires avait concrétisé son projet d’être la première personne du continent américain à traverser en solitaire l’Atlantique Nord à la rame.

Objectif dépassé

Après les 162 000 $ amassés l’an dernier, les participants ont réussi à récolter un total de 200 000 $ en soutien aux 2000 enfants atteints du cancer au Québec. Le montant a été dévoilé par les deux porte-paroles officiels de la Fondation Charles-Bruneau, le chef d’antenne Pierre Bruneau et le comédien Paul Doucet, le 17 septembre, lors d’une cérémonie spéciale tenue au Vieux-Port de Montréal.

«De telles activités sont rares sur l’eau et nous cherchons toujours à diversifier nos sources de revenus, tout en faisant la promotion de saines habitudes de vie par l’activité physique, de mentionner Rébecca Dumont, directrice générale de la Fondation Charles-Bruneau. Notre but reste d’amasser des fonds pour aider les enfants malades par la recherche en hématooncologie pédiatrique.»

Rappelons que le cancer demeure la première cause de décès par maladie chez les enfants du Québec.

Le comédien Paul Doucet et l
Le comédien Paul Doucet et l’ex-kayakiste olympique Hugues Fournel entourent Mylène Paquette, la première personne du continent américain à traverser en solitaire l’Atlantique Nord à la rame.  ©Photo – Photo TC Media – Vincent Graton

Une fois les kayaks sortis de l’eau, les sourires de satisfaction et les poings levés dans les airs ne laissaient aucun doute sur l’effort fourni depuis Sainte-Anne-de-Bellevue après avoir pagayer durant plus de 10 heures sur un parcours de 42 kilomètres. Une soixantaine de proches et amis attendaient les courageux kayakistes, crécelle en main ou sifflet à la bouche.

«Même pour moi, ça reste un défi de franchir cette distance, a bien résumé l’Olympien Hugues Fournel qui a perdu son père de la leucémie quand il avait neuf ans. J’ai consacré 10 ans à cette discipline en sprint. Là, c’est une tout autre affaire, mais j’amène mon expérience pour aider les gens sur le plan technique afin qu’ils dépensent mieux leur énergie.»

Le départ du Circuit bleu, qui fait le tour de l’île de Montréal, a été donné le 14 septembre, au quai du parc René-Lévesque, à l’écluse no 5 du canal Lachine.

«Je n’avais pas encore touché à un kayak il y a un an, mais je suis impliqué depuis sept ans auprès de la Fondation, notamment lors du tour cycliste, de confier le comédien et porte-parole de la Fondation Charles-Bruneau, Paul Doucet. Ce n’est pas la même fatigue. Les exigences sont différentes. L’important reste le désir de relever un défi et les rencontres avec les enfants et leur famille, ce qui donne le vrai sens à notre action.»

«Ça fait du bien de me retrouver ici, je me sens chez nous, d’ajouter Mylène Paquette, porte-parole du Circuit bleu Charles-Bruneau. Étant de Montréal-Nord, la rivière des Prairies était à une maison de nous. Mes parents m’y amenaient en bateau.»

On sait qu’après 10 ans à côtoyer les enfants atteints de cancer du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, l’ex-préposée aux bénéficiaires avait concrétisé son projet d’être la première personne du continent américain à traverser en solitaire l’Atlantique Nord à la rame.

Objectif dépassé

Après les 162 000 $ amassés l’an dernier, les participants ont réussi à récolter un total de 200 000 $ en soutien aux 2000 enfants atteints du cancer au Québec. Le montant a été dévoilé par les deux porte-paroles officiels de la Fondation Charles-Bruneau, le chef d’antenne Pierre Bruneau et le comédien Paul Doucet, le 17 septembre, lors d’une cérémonie spéciale tenue au Vieux-Port de Montréal.

«De telles activités sont rares sur l’eau et nous cherchons toujours à diversifier nos sources de revenus, tout en faisant la promotion de saines habitudes de vie par l’activité physique, de mentionner Rébecca Dumont, directrice générale de la Fondation Charles-Bruneau. Notre but reste d’amasser des fonds pour aider les enfants malades par la recherche en hématooncologie pédiatrique.»

Rappelons que le cancer demeure la première cause de décès par maladie chez les enfants du Québec.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page