Connectez-vous à nous

Laval résiste à la vague caquiste

Actualités

Laval résiste à la vague caquiste

Cinq des six députés sortants de Laval ont résisté à la vague caquiste qui a déferlé sur le Québec, lundi soir.

Dans une course à deux, Francine Charbonneau (Mille-Îles), Saul Polo (Laval-des-Rapides), Jean Rousselle (Vimont), Guy Ouellette (Chomedey) et Monique Sauvé (Fabre) ont tous été réélus devant leur rival caquiste, qui a littéralement fait fondre les confortables, voire écrasantes majorités d’il y a quatre ans.

Sainte-Rose

Seul le député libéral Jean Habel a été emporté dans Sainte-Rose, vaincu par le caquiste Christopher Skeete. Ce dernier s’est accaparé du comté par une majorité de 2462 voix.

C’est d’ailleurs dans la circonscription de Sainte-Rose qu’a été enregistré le plus haut taux de participation sur l’île Jésus, alors que 70,28 % des électeurs inscrits se sont prévalus de leur droit de vote.

Unique représentant du nouveau gouvernement Legault à Laval, M. Skeete a obtenu 36,88 % des suffrages, soit 13 540 des 36 712 bulletins valides.

Le libéral arrive bon deuxième avec 30,18 % des voix, devant les candidats péquiste et solidaire, Marc-André Constantin et Simon Charron, qui récoltent respectivement 14,45 et 13,84 % des votes.

En 2014, Jean Habel avait tiré le tapis sous les pieds de la députée péquiste sortante, Suzanne Proulx, à la faveur d’une majorité de près de 6000 voix.

Laval-des-Rapides

Les électeurs de Laval-des-Rapides ont rompu avec la tradition, eux qui jusqu’à lundi soir avaient toujours fait élire le candidat du parti au pouvoir lors d’élections générales.

Il s’en est toutefois fallu de peu pour que Laval-des-Rapides reconfirme sa réputation de comté baromètre, considérant que Saul Polo n’a devancé que par 297 voix la candidate de la Coalition Avenir Québec (CAQ), Christine Mitton. Une majorité inférieure à 1 % des 33 645 bulletins validés.

Au final, Saul Polo obtient 10 640 voix, Christine Mitton 10 343 voix, la candidate solidaire Graciela Mateo 5660 voix et le péquiste Jocelyn Caron 5176 voix.

En 2014, le libéral Saul Polo l’avait emporté avec une avance de quelque 5000 voix sur le député péquiste sortant Léo Bureau-Blouin, son plus proche poursuivant.

Cette fois-ci, le taux de participation a chuté de plus de 9 points de pourcentage, passant de 71 % il y a quatre ans à 61,5 %.

Chomedey

Forteresse libérale, le comté de Chomedey a réélu Guy Ouellette pour un 5e mandat consécutif avec une majorité de 7967 voix devant Alice Abou-Khalil de la CAQ, qui a tout de même obtenu 26,42 % des suffrages exprimés. Quant au Parti québécois et Québec solidaire, ils ont amassé chacun moins de 8 % du vote.

Bien que convaincante, cette victoire de Guy Ouellette n’a rien à voir avec celle de 2014 où sa majorité de 25 788 votes était la plus forte observée à l’extérieur de l’île de Montréal.

À la fermeture des bureaux de vote, lundi, le personnel électoral dépouillait 11 572 bulletins de moins qu’en 2014 et Guy Ouellette récoltait 14 623 votes de moins pour clôturer la soirée avec 15 981 voix.

Le taux de participation a chuté de 18,28 points de pourcentage, les votes de M. Ouellette ont fondu de 48 % et sa majorité de 69 %.

Mille-Îles

Dans l’est de Laval, l’ex-ministre régionale responsables des Aînés et de la Lutte à l’intimidation, Francine Charbonneau, s’est vu confier un 4e mandat, devançant par 1206 voix le caquiste Mauro Barone.

Un majorité sept fois moindre qu’en 2014, alors que la députée de Mille-Îles avait doublé par 8160 voix la candidate péquiste Djemila Benhabib.

Lundi soir, le plus sérieux rival de Francine Charbonneau a récolté 9202 votes, soit 31,67 % des suffrages. Pour leur part, les candidats du PQ et de QS n’ont jamais été dans la course comme en témoigne leur score respectif de 15 et 13 % des voix.

Dans Mille-Îles, l’exercice du droit de vote a subi un recul de 10 points de pourcentage par rapport au scrutin précédent pour s’établir à 66,48 %, soit un taux de participation comparable à celui de la province.

Fabre

Dans l’ouest de l’île Jésus, Monique Sauvé a pris la mesure de la caquiste Adriana Dudas qu’elle a battue par 1740 voix pour mériter un second mandat.

C’est plus de 10 000 voix de moins que la majorité obtenue par l’ex-député libéral Gilles Ouimet en 2014. Cette année-là, les électeurs de Fabre s’étaient rendus aux urnes dans une proportion de 77,2 %, alors que lundi soir leur taux de participation atteignait à peine 61 %.

Pendant que le PLQ et la CAQ se partageaient 70 % des suffrages, le Parti québécois et Québec solidaire jouaient les rôles de figurant, obtenant à 25 % des voix.

Monique Sauvé, qui avait remporté l’élection partielle en novembre 2015 à la suite de la démission de M. Ouimet, a remporté sa première élection générale avec 12 157 voix, soit 37,73 % des bulletins valides.

Vimont

Menacé une bonne partie de la soirée par le candidat caquiste Michel Reeves, le libéral Jean Rousselle l’a finalement emporté par une majorité de 567 voix.

Une soirée électorale particulièrement forte en émotion pour celui qui en sera à son 3e mandat à titre de député de Vimont. M. Rousselle a terminé la soirée avec 11 474 voix comptant pour 36,66 % des suffrages.

Encore-là, les candidats du PQ et de QS n’étaient pas dans le coup, amassant moins de 24 % des voix.

En repli de 9,3 points de pourcentage par rapport à 2014, le taux de participation de 69,18 % a joué en faveur de M. Rousselle comme ce fut le cas dans Laval-des-Rapides.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page