Connectez-vous à nous

L’année démarre sur les chapeaux de roues

Actualités

L’année démarre sur les chapeaux de roues

IMMOBILIER. À Laval comme à l’échelle métropolitaine, l’année démarre en trombe sur le marché immobilier résidentiel avec le mois de janvier le plus actif depuis huit ans.

Commentaires

En sol lavallois, malgré un recul de 14 % des inscriptions résidentielles en vigueur dans le système Centris, les ventes ont crû de 11 %par rapport à la même période l’an dernier.

«Il y a de moins en moins de propriétés à vendre dans la région montréalaise et la demande demeure soutenue, de sorte que le marché de la revente est, globalement, de plus en plus favorable aux vendeurs», note le président du conseil de la Chambre immobilière du Grand Montréal CIGM, Mathieu Cousineau, dans un communiqué publié le 6 février.

C’est, entre autres, le cas à Laval où le prix médian des maisons unifamiliales s’est établi à 325 000 $ en janvier, soit 7 % de plus qu’à pareille date l’an dernier.

Les copropriétés ne sont pas en reste comme en témoigne une hausse de 6 % du prix médian. Concrètement, cela signifie que la moitié des 83 condos ayant changé de mains en janvier ont trouvé preneur à partir de 224 500 $.

Le condo a la cote

Sans surprise, le segment de la copropriété a volé la vedette avec une croissance de 63 % de ses transactions sur l’île Jésus, lesquelles ont passé de 51 à 83 en l’espace de 12 mois

La maison unifamiliale, qui s’accapare toujours la part du lion avec 146 ventes, essuie pour sa part un repli de 4 % en comparaison à janvier 2017.

Inscriptions

Enfin, si le système Centris a enregistré sensiblement le même nombre de nouvelles inscriptions (725) qu’en janvier 2017, cela n’a pas empêché leur nombre total de chuter de 14 %.

En chiffres absolus, on recensait au 31 janvier 2720 propriétés résidentielles sur le marché contrairement à 3145 un an plus tôt.

En sol lavallois, malgré un recul de 14 % des inscriptions résidentielles en vigueur dans le système Centris, les ventes ont crû de 11 %par rapport à la même période l’an dernier.

«Il y a de moins en moins de propriétés à vendre dans la région montréalaise et la demande demeure soutenue, de sorte que le marché de la revente est, globalement, de plus en plus favorable aux vendeurs», note le président du conseil de la Chambre immobilière du Grand Montréal CIGM, Mathieu Cousineau, dans un communiqué publié le 6 février.

C’est, entre autres, le cas à Laval où le prix médian des maisons unifamiliales s’est établi à 325 000 $ en janvier, soit 7 % de plus qu’à pareille date l’an dernier.

Les copropriétés ne sont pas en reste comme en témoigne une hausse de 6 % du prix médian. Concrètement, cela signifie que la moitié des 83 condos ayant changé de mains en janvier ont trouvé preneur à partir de 224 500 $.

Le condo a la cote

Sans surprise, le segment de la copropriété a volé la vedette avec une croissance de 63 % de ses transactions sur l’île Jésus, lesquelles ont passé de 51 à 83 en l’espace de 12 mois

La maison unifamiliale, qui s’accapare toujours la part du lion avec 146 ventes, essuie pour sa part un repli de 4 % en comparaison à janvier 2017.

Inscriptions

Enfin, si le système Centris a enregistré sensiblement le même nombre de nouvelles inscriptions (725) qu’en janvier 2017, cela n’a pas empêché leur nombre total de chuter de 14 %.

En chiffres absolus, on recensait au 31 janvier 2720 propriétés résidentielles sur le marché contrairement à 3145 un an plus tôt.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page