Connectez-vous à nous

Culture

L’âme caraïbéenne de Laval

Malgré une année 2020 difficile, le chanteur Richard Verdieu, mieux connu sous son nom de scène, Richy Jay, a continué à faire danser les foules sur sa musique à saveur tropicale.

Originaire de Port-au-Prince, en Haïti, l’artiste s’est installé à Laval en 2011. «C’était vraiment un hasard, mais maintenant je ne veux plus quitter», indique en riant celui qui a aussi habité Saint-Vincent-de-Paul et Chomedey depuis son arrivée.

En pleine pandémie, devant l’impossibilité de voyager, Richy Jay a multiplié sa présence dans les nombreux festivals virtuels. «On était supposé aller jouer au Tchad, en Afrique, mais à la place, on a participé à leur festival en ligne», partage le chanteur, à qui la passion musicale a été transmise dès son jeune âge.

Cet été, il a également performé dans le cadre du Festival international Nuits d’Afrique, au parc Jean-Drapeau et au Village au Pied-du-Courant.

Année incertaine

Ses plans pour l’année 2021 dépendront de l’évolution de la pandémie. «On a pleins de belles choses en tête, dont relancer mon dernier album Caribbean Soul, qu’on n’a pas pu exploiter en 2020», explique l’auteur de la chanson Papa, inspiré de son propre père.

L’album de style afrobeat est sorti en septembre 2019, soit un mois avant le décès de son père. «Ç’a été vraiment difficile, mais quand je monte sur scène, je mets de côté ma tristesse pour apporter de la joie», avoue celui dont le mantra est «La vie, c’est la fête».

Nombreux éloges

Le chanteur, qui a lancé son nouveau clip avec la chanson <@Ri>Vas-y Molo<@$p> en octobre, a plusieurs prix à son actif.

En plus d’avoir remporté les honneurs de la meilleure voix masculine, en 2018, et de l’artiste de l’année, en 2019, aux Kilimandjaro Music Awards de Toronto, Richy Jay a été sacré meilleur artiste solo par la Haitian Music Industry de Montréal en 2018.

La plus belle de ses réussites reste tout de même son jeune garçon de six ans. Le père refuse de mettre la pression de l’univers musical sur les épaules de son enfant.

«J’ai été élevé dans une famille où on pouvait choisir ce qu’on voulait faire de notre vie et c’est exactement ce que je souhaite pour mon fils», confirme celui qui avoue en riant lui avoir acheter dernièrement un piano.

Commentaires

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page