Connectez-vous à nous
radio
Ces propositions s'inscrivent dans le cadre de la révision de la Politique sur la radio commerciale. (Photo gracieuseté)

Culture

L’ADISQ défend la musique francophone à la radio

Afin d’augmenter la découvrabilité de la musique francophone et québécoise, l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) propose de nouvelles mesures.

En effet, elle suggère notamment d’élargir les heures de grande écoute des radios commerciales, qui est actuellement du lundi au vendredi, de 6h à 18h, pour mieux refléter la réelle présence de l’auditoire.

Pour permettre à la musique en français d’occuper 55% de ces heures, comme le prévoit la réglementation, l’Association souhaite également que l’utilisation abusive de montages de musique anglophone cesse. Elle considère que ces montages contiennent trop peu d’extraits de musique en français.

Ainsi, elle propose que la moitié de la musique francophone soit consacrée à des artistes émergents et à des nouveautés. Actuellement, les radios musicales francophones n’ont aucune obligation à ce sujet.

Souplesse

L’ADISQ a basé sa proposition sur deux constats: la surutilisation de montages de musique anglophone et la concentration extrême de la musique francophone lorsque l’auditoire est le plus faible.

L’adoption de celle-ci signifierait pour l’Association l’augmentation significative de l’écoute de musique en français à la radio tout en offrant davantage de souplesse aux radiodiffuseurs.

«Encore aujourd’hui, les radios possèdent ce puissant pouvoir de faire découvrir et aimer la musique d’ici à un vaste public, soutient Philippe Archambault, président de l’ADISQ. Nous sommes convaincus qu’un plus grand nombre d’artistes pourraient et devraient y avoir accès par l’entremise de ces partenaires locaux si précieux.» (C.R.)

Commentaires

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page