Connectez-vous à nous

La Ville perd son directeur général en pleine tourmente

Actualités

La Ville perd son directeur général en pleine tourmente

Secouée par une crise politique sans précédent et une mairie grandement affaiblie, voilà que la Ville perd son directeur général.

Commentaires

Serge Lamontagne fait le saut à Montréal, où il succédera à Alain Marcoux au poste de directeur général de la métropole. La nouvelle a été annoncée le 14 juin dans un point de presse auquel prenaient part la mairesse Valérie Plante, le président du comité exécutif, Benoit Dorais, et le principal intéressé.

En deux ans, il devient la 3e grosse pointure à quitter Laval pour Montréal après le directeur du Service des affaires juridiques, Patrice Guay, et la vérificatrice générale, Michèle Galipeau.

À la suite d’une recommandation du comité exécutif de la Ville de Montréal, la nomination de M. Lamontagne doit être entérinée par le conseil municipal le 18 juin.

À la Ville de Laval, on souligne que l’actuel DG «quittera ses fonctions cet été» sans en préciser le moment.

Des fleurs

«Je tiens à féliciter M. Lamontagne pour cette nomination, a déclaré le maire Marc Demers par voie de communiqué. Il aura indéniablement laissé sa marque à Laval.»

Nommé en 2013 par la Commission municipale du Québec alors que celle-ci agissait en tutelle, Serge Lamontagne a notamment dirigé la réorganisation complète de l’appareil municipal au sortir de la période de grande noirceur.

«Il a su s’entourer d’une équipe de fonctionnaires de grande qualité qui a mené avec nous une réforme réussie de l’administration lavalloise, tant sur les plans de l’éthique, de la gouvernance que de la reddition des comptes», a poursuivi le maire tout en saluant son «leadership mobilisateur».

Sous sa direction générale, Laval s’est dotée, entre autres, d’une vision 2035, d’une planification stratégique et d’un nouveau schéma d’aménagement.

… et des prix

@R:On rappelle qu’au cours des dernières années, la Municipalité a mérité le Premier prix de la gestion innovatrice de l’Institut d’administration publique du Canada, le prix d’excellence dans la catégorie Monde municipal de l’Institut d’administration publique du Québec et le prix mérite Ovation municipale dans la catégorie Ressources humaines et gestion des opérations de l’Union des municipalités du Québec.

Qualifiant son passage à Laval de «tournant important» dans sa carrière, Serge Lamontagne a tenu à remercier l’ensemble des 3400 employés municipaux et rappeler sa confiance envers l’équipe en place. «Elle est dévouée et continuera de servir au mieux les intérêts des Lavallois.»

La suite

Chef de l’opposition officielle, Michel Trottier espère que le processus de direction intérimaire sera rapidement mis en place afin d’assurer la stabilité de la Ville et le bon déroulement du conseil municipal en cette période de grande instabilité.

«La nomination de la nouvelle direction de la Ville nécessitera l’appui des deux tiers du conseil, obligeant un premier consensus entre l’équipe du maire, les dissidents et les représentants de l’opposition, a-t-il déclaré par voie de communiqué. C’est un travail de collaboration qui devra être guidé par le seul intérêt des citoyens, et non des bannières politiques.»

M. Trottier termine en demandant à ce que des représentants de tous les groupes politiques participent au comité de sélection des candidatures.

Serge Lamontagne fait le saut à Montréal, où il succédera à Alain Marcoux au poste de directeur général de la métropole. La nouvelle a été annoncée le 14 juin dans un point de presse auquel prenaient part la mairesse Valérie Plante, le président du comité exécutif, Benoit Dorais, et le principal intéressé.

En deux ans, il devient la 3e grosse pointure à quitter Laval pour Montréal après le directeur du Service des affaires juridiques, Patrice Guay, et la vérificatrice générale, Michèle Galipeau.

À la suite d’une recommandation du comité exécutif de la Ville de Montréal, la nomination de M. Lamontagne doit être entérinée par le conseil municipal le 18 juin.

À la Ville de Laval, on souligne que l’actuel DG «quittera ses fonctions cet été» sans en préciser le moment.

Des fleurs

«Je tiens à féliciter M. Lamontagne pour cette nomination, a déclaré le maire Marc Demers par voie de communiqué. Il aura indéniablement laissé sa marque à Laval.»

Nommé en 2013 par la Commission municipale du Québec alors que celle-ci agissait en tutelle, Serge Lamontagne a notamment dirigé la réorganisation complète de l’appareil municipal au sortir de la période de grande noirceur.

«Il a su s’entourer d’une équipe de fonctionnaires de grande qualité qui a mené avec nous une réforme réussie de l’administration lavalloise, tant sur les plans de l’éthique, de la gouvernance que de la reddition des comptes», a poursuivi le maire tout en saluant son «leadership mobilisateur».

Sous sa direction générale, Laval s’est dotée, entre autres, d’une vision 2035, d’une planification stratégique et d’un nouveau schéma d’aménagement.

… et des prix

@R:On rappelle qu’au cours des dernières années, la Municipalité a mérité le Premier prix de la gestion innovatrice de l’Institut d’administration publique du Canada, le prix d’excellence dans la catégorie Monde municipal de l’Institut d’administration publique du Québec et le prix mérite Ovation municipale dans la catégorie Ressources humaines et gestion des opérations de l’Union des municipalités du Québec.

Qualifiant son passage à Laval de «tournant important» dans sa carrière, Serge Lamontagne a tenu à remercier l’ensemble des 3400 employés municipaux et rappeler sa confiance envers l’équipe en place. «Elle est dévouée et continuera de servir au mieux les intérêts des Lavallois.»

La suite

Chef de l’opposition officielle, Michel Trottier espère que le processus de direction intérimaire sera rapidement mis en place afin d’assurer la stabilité de la Ville et le bon déroulement du conseil municipal en cette période de grande instabilité.

«La nomination de la nouvelle direction de la Ville nécessitera l’appui des deux tiers du conseil, obligeant un premier consensus entre l’équipe du maire, les dissidents et les représentants de l’opposition, a-t-il déclaré par voie de communiqué. C’est un travail de collaboration qui devra être guidé par le seul intérêt des citoyens, et non des bannières politiques.»

M. Trottier termine en demandant à ce que des représentants de tous les groupes politiques participent au comité de sélection des candidatures.

 

 

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page