Connectez-vous à nous

La prise de risque comme porte-bonheur pour Frédéric Dion

Actualités

La prise de risque comme porte-bonheur pour Frédéric Dion

SORTIE.Avec sa nouvelle conférence inspirée de son livre SURvivre avec l’antidoute, Frédéric Dion veut transmettre au public sa vision du bonheur en racontant les 470 kilomètres franchis en 10 jours en plein cœur du Yukon sans eau, nourriture, GPS et équipement de camping, à part un petit canot gonflable.

Commentaires

En août 2016, l’aventurier s’est fait larguer les yeux bandés dans cette situation extrême.

«C’est de loin l’aventure comportant le plus d’inconnu que j’ai vécue, pire que l’Antarctique en ski, où je savais à quel endroit je me trouvais avec des repères météo et de la nourriture chaque jour», souligne Frédéric Dion qui appelait l’écrivain Bryan Perro chaque jour pour alimenter le blogue devenu d’abord livre puis conférence. Le conteur de la Mauricie signe également la mise en scène de sa tournée.

Danser avec la nature

Aidé d’un grand écran et de pièces d’équipement, le conférencier relate de façon ludique son périple. Pour lui, il s’agit de l’expérience la plus exigente vécue à ce jour sur les plans psychologique et physique.

«Les 14 heures d’efforts, moustiques, le froid et manque de nourriture, qui s’ajoutent à la nuit où il faut faire un feu et l’entretenir, en arrivant à dormir de petites tranches de 30 minutes, tout ça représente le défi que j’ai pu relever grâce à l’antidoute», mentionne Frédéric Dion qui a développé ce concept philosophique et psychologique avec sa conjointe Caroline Mailhot, une docteure en psychologie

En plein environnement sauvage, Frédéric Dion a appliqué cet art d’affronter un défi en le réduisant à des petites étapes simples pour le rendre plus facilement réalisable.

«Dans cette aventure, je voulais être conséquent avec mon message en repoussant encore plus loin mes limites, précise-t-il. Quand tu es cinq jours sans manger, tu redeviens assez vite un chasseur. Je raconte, entre autres, un épisode épique de chasse au porc-épic!»

Dans son récit, l’aventurier mise sur ce qu’il désigne comme trois lois de la nature collant à toute quête du bonheur, selon lui: persévérance, créativité et réseautage.

«On est heureux quand on persévère pour atteindre un objectif, que l’on fait preuve de créativité et qu’on est bien entouré, ajoute-t-il. En racontant ce qui me rend heureux, je veux montrer aux gens que cette démarche demeure la même pour nous tous, que ce soit pour des résolutions de nouvelle année ou un défi personnel à accomplir.»

Frédéric Dion présente sa conférence «SURvivre», le jeudi 25 janvier, à 19h30, au centre de congrès Palace (1717, boulevard Le Corbusier). Information: 819 379-3380 ou www.fredericdion.com.

En août 2016, l’aventurier s’est fait larguer les yeux bandés dans cette situation extrême.

«C’est de loin l’aventure comportant le plus d’inconnu que j’ai vécue, pire que l’Antarctique en ski, où je savais à quel endroit je me trouvais avec des repères météo et de la nourriture chaque jour», souligne Frédéric Dion qui appelait l’écrivain Bryan Perro chaque jour pour alimenter le blogue devenu d’abord livre puis conférence. Le conteur de la Mauricie signe également la mise en scène de sa tournée.

Danser avec la nature

Aidé d’un grand écran et de pièces d’équipement, le conférencier relate de façon ludique son périple. Pour lui, il s’agit de l’expérience la plus exigente vécue à ce jour sur les plans psychologique et physique.

«Les 14 heures d’efforts, moustiques, le froid et manque de nourriture, qui s’ajoutent à la nuit où il faut faire un feu et l’entretenir, en arrivant à dormir de petites tranches de 30 minutes, tout ça représente le défi que j’ai pu relever grâce à l’antidoute», mentionne Frédéric Dion qui a développé ce concept philosophique et psychologique avec sa conjointe Caroline Mailhot, une docteure en psychologie

En plein environnement sauvage, Frédéric Dion a appliqué cet art d’affronter un défi en le réduisant à des petites étapes simples pour le rendre plus facilement réalisable.

«Dans cette aventure, je voulais être conséquent avec mon message en repoussant encore plus loin mes limites, précise-t-il. Quand tu es cinq jours sans manger, tu redeviens assez vite un chasseur. Je raconte, entre autres, un épisode épique de chasse au porc-épic!»

Dans son récit, l’aventurier mise sur ce qu’il désigne comme trois lois de la nature collant à toute quête du bonheur, selon lui: persévérance, créativité et réseautage.

«On est heureux quand on persévère pour atteindre un objectif, que l’on fait preuve de créativité et qu’on est bien entouré, ajoute-t-il. En racontant ce qui me rend heureux, je veux montrer aux gens que cette démarche demeure la même pour nous tous, que ce soit pour des résolutions de nouvelle année ou un défi personnel à accomplir.»

Frédéric Dion présente sa conférence «SURvivre», le jeudi 25 janvier, à 19h30, au centre de congrès Palace (1717, boulevard Le Corbusier). Information: 819 379-3380 ou www.fredericdion.com.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page