Connectez-vous à nous

La passion du modélisme ferroviaire

Actualités

La passion du modélisme ferroviaire

COMMUNAUTAIRE. Il n’y a pas d’âge pour se passionner pour les trains électriques miniatures.

Commentaires

Tout comme les aventures de Tintin, ce passe-temps divertit les 7 à 77 ans, évoque Léo Reeves, retraité et membre fondateur du club de trains JacHOBBY, implanté à Laval depuis 11 ans.
La passion qu’il y voue remonte à son enfance. Il en va de même pour les 21 autres membres du club, à la retraite pour la grande majorité.
«Même qu’on a plus de plaisir aujourd’hui, renchérit le secrétaire du club, Jean-Paul Lefebvre. On a l’argent pour s’acheter des pièces.»
Ces maniaques se réunissent deux jours par semaine dans un local situé au sous-sol du commerce JacHOBBY, boulevard Saint-Martin, situé comme par hasard à un jet de pierre du Chemin de fer du Canadien Pacifique.
Un local dominé par un réseau permanent de trois lignes à l’échelle originelle des trains électriques miniatures du début du 20e siècle, le seul du genre au Québec, de s’enorgueillir M. Lefebvre, qui évalue autour de 100 000 $ la valeur du joujou.
Exposition itinérante
Au début du mois, le club exposait deux réseaux de trains au Grand Salon de la maquette et du modèle réduit, à Laval.
«Les enfants capotent, lâche Léo Reeves. C’est tellement beau de les voir si émerveillés. C’est notre récompense.»
En manipulant les manettes, les jeunes prennent grand plaisir à faire siffler les trains, activer les cloches, lancer les consignes de l’agent de gare et changer la vitesse des engins.
Bon an mal an, les membres du club sortent une demi-douzaine de fois par année, la prochaine sortie étant prévue à l’été au Musée ferroviaire de Saint-Constant dans le cadre de l’Expo-rail.
Dans le temps des Fêtes, ils s’installent à la Galerie d’art de Blainville, où ils accueillent une vingtaine de classes de la maternelle à la sixième année.
Recrutement
Les expositions sont aussi un moyen de faire connaître le club et faire du recrutement afin d’en assurer la pérennité.
«Ce n’est pas évident de recruter de nouveaux membres. Ça prend du temps, puis de l’argent», mentionne Jean-Paul Lefebvre, tout en faisant valoir «l’esprit bon enfant» qui règne au sein du club.
D’ex-commerçant, médecin, électricien, ingénieur, plombier et menuisier composent actuellement les rangs du club de trains JacHOBBY, dont les frais d’adhésion mensuels s’élèvent à 50 $.

Tout comme les aventures de Tintin, ce passe-temps divertit les 7 à 77 ans, évoque Léo Reeves, retraité et membre fondateur du club de trains JacHOBBY, implanté à Laval depuis 11 ans.
La passion qu’il y voue remonte à son enfance. Il en va de même pour les 21 autres membres du club, à la retraite pour la grande majorité.
«Même qu’on a plus de plaisir aujourd’hui, renchérit le secrétaire du club, Jean-Paul Lefebvre. On a l’argent pour s’acheter des pièces.»
Ces maniaques se réunissent deux jours par semaine dans un local situé au sous-sol du commerce JacHOBBY, boulevard Saint-Martin, situé comme par hasard à un jet de pierre du Chemin de fer du Canadien Pacifique.
Un local dominé par un réseau permanent de trois lignes à l’échelle originelle des trains électriques miniatures du début du 20e siècle, le seul du genre au Québec, de s’enorgueillir M. Lefebvre, qui évalue autour de 100 000 $ la valeur du joujou.
Exposition itinérante
Au début du mois, le club exposait deux réseaux de trains au Grand Salon de la maquette et du modèle réduit, à Laval.
«Les enfants capotent, lâche Léo Reeves. C’est tellement beau de les voir si émerveillés. C’est notre récompense.»
En manipulant les manettes, les jeunes prennent grand plaisir à faire siffler les trains, activer les cloches, lancer les consignes de l’agent de gare et changer la vitesse des engins.
Bon an mal an, les membres du club sortent une demi-douzaine de fois par année, la prochaine sortie étant prévue à l’été au Musée ferroviaire de Saint-Constant dans le cadre de l’Expo-rail.
Dans le temps des Fêtes, ils s’installent à la Galerie d’art de Blainville, où ils accueillent une vingtaine de classes de la maternelle à la sixième année.
Recrutement
Les expositions sont aussi un moyen de faire connaître le club et faire du recrutement afin d’en assurer la pérennité.
«Ce n’est pas évident de recruter de nouveaux membres. Ça prend du temps, puis de l’argent», mentionne Jean-Paul Lefebvre, tout en faisant valoir «l’esprit bon enfant» qui règne au sein du club.
D’ex-commerçant, médecin, électricien, ingénieur, plombier et menuisier composent actuellement les rangs du club de trains JacHOBBY, dont les frais d’adhésion mensuels s’élèvent à 50 $.

Chaque wagon des réseaux de trains du Club JacHOBBY est une reproduction fidèle à lChaque wagon des réseaux de trains du Club JacHOBBY est une reproduction fidèle à l’original.  ©Photo – Photo TC Media – Mario Beauregard

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page