Connectez-vous à nous

La Maison du jazz prend le nom d’Oliver Jones

Culture

La Maison du jazz prend le nom d’Oliver Jones

SORTIE. Grand admirateur et proche du pianiste de jazz montréalais Oliver Jones, Georges Durst a décidé de rebaptiser en son nom ses deux Maison du jazz à Laval et Montréal.

Commentaires

:«Je cherchais une façon d’honorer adéquatement cet homme d’exception, virtuose pianiste et ami personnel, a déclaré l’entrepreneur et philanthrope par voie de communiqué. La voici!»

Récemment, ce sont ces emplacements qu’Oliver Jones a choisis pour présenter ses dernières prestations publiques en carrière, mentionnant à l’occasion que «grâce à Georges (Durst) et Charlie (Biddle), ma carrière de pianiste a débuté à la Maison du jazz. C’est pourquoi je tenais tant à ce qu’elle se termine ici.»

En apprenant la nouvelle de ce changement d’appellation, le musicien de renommée internationale s’est exclamé avec son humilité légendaire que «ce fut un tel hommage de pouvoir y jouer pendant plus de trois décennies. J’ai une admiration sans bornes pour Georges Durst car, pendant plus de 50 ans, il a permis à tant de musiciens de se faire valoir sur scène et vivre de leur art. Cette nouvelle appellation est l’ultime consécration!», a-t-on aussi appris via communiqué.

Seconde à voir le jour en septembre 2014 sur le boulevard de l’Avenir, dans un lieu connu jadis ses poissons et fruits de mer, la Maison du jazz Laval accueille désormais une programmation musicale régulière d’ici et d’ailleurs, pendant que le chef Robert Lapaj propose désormais des mets à saveur louisianaise.

La première avait été créée jour en 1981, rue Aylmer, à Montréal par le restaurateur étant notamment à l’origine du réseau des Cage aux Sports. D’aucuns se souviendront également de la boîte lavalloise Le Bijou lancée sur les abords de l’autoroute des Laurentides il y a 30 ans et dont une section de la Maison du jazz Laval porte maintenant le nom.

:«Je cherchais une façon d’honorer adéquatement cet homme d’exception, virtuose pianiste et ami personnel, a déclaré l’entrepreneur et philanthrope par voie de communiqué. La voici!»

Récemment, ce sont ces emplacements qu’Oliver Jones a choisis pour présenter ses dernières prestations publiques en carrière, mentionnant à l’occasion que «grâce à Georges (Durst) et Charlie (Biddle), ma carrière de pianiste a débuté à la Maison du jazz. C’est pourquoi je tenais tant à ce qu’elle se termine ici.»

En apprenant la nouvelle de ce changement d’appellation, le musicien de renommée internationale s’est exclamé avec son humilité légendaire que «ce fut un tel hommage de pouvoir y jouer pendant plus de trois décennies. J’ai une admiration sans bornes pour Georges Durst car, pendant plus de 50 ans, il a permis à tant de musiciens de se faire valoir sur scène et vivre de leur art. Cette nouvelle appellation est l’ultime consécration!», a-t-on aussi appris via communiqué.

Seconde à voir le jour en septembre 2014 sur le boulevard de l’Avenir, dans un lieu connu jadis ses poissons et fruits de mer, la Maison du jazz Laval accueille désormais une programmation musicale régulière d’ici et d’ailleurs, pendant que le chef Robert Lapaj propose désormais des mets à saveur louisianaise.

La première avait été créée jour en 1981, rue Aylmer, à Montréal par le restaurateur étant notamment à l’origine du réseau des Cage aux Sports. D’aucuns se souviendront également de la boîte lavalloise Le Bijou lancée sur les abords de l’autoroute des Laurentides il y a 30 ans et dont une section de la Maison du jazz Laval porte maintenant le nom.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page