Connectez-vous à nous

La loi provinciale pour la CSDL et le SPL

Actualités

La loi provinciale pour la CSDL et le SPL

En collaboration avec Nicolas St-Germain

La Commission scolaire de Laval (CSDL) et le Service de police de Laval (SPL) affirment que la loi provinciale prévaudra en matière de cannabis, même si la convention collective du personnel ne prévoit pas de clause sur sa consommation et possession du côté de la CSDL.

La présidente de la CSDL, Louise Lortie, fait référence aux articles 8 et 16 de la Loi constituant la Société québécoise du cannabis, édictant la Loi encadrant le cannabis et modifiant diverses dispositions en matière de sécurité routière.

«Cette loi interdit la possesion et consommation de cannabis sur les terrains et dans les bâtiments de la commission scolaire», fait-elle valoir.

Cette dernière mentionne aussi, comme c’est le cas avec l’alcool, qu’un membre du personnel ne peut pas exercer sa fonction sous l’effet du cannabis.

«Nous prévoyons envoyer un bulletin aux employés pour leur rappeler les conditions et règles», ajoute-t-elle.

Par ailleurs, une politique d’encadrement concernant l’alcool, la drogue et les médicaments en milieu de travail est présentement à l’étape de la consultation. «Nous prévoyons passer au vote au mois de décembre», dit-elle.

Soutien

La CSDL offre déjà des ateliers de sensibilisation aux étudiants dans le cadre de certains cours au primaire et secondaire. «Les professeurs sont habitués de répondre aux interrogations des élèves sur ce sujet», mentionne Louise Lortie.

La présidente ne croit pas voir une hausse des interventions auprès des jeunes. «Cependant, il est possible qu’un plus grand nombre d’enfants soit en présence de parents fumeurs à cause de la légalisation», témoigne-t-elle.

La Commission scolaire assure qu’elle va demeurer vigilante et s’adaptera au besoin.

Ressources supplémentaires

Du côté du SPL, quatre agents sont actuellement formés en tant qu’évaluateur si une personne est interpelé par une patrouille et que celle-ci a des raisons de croire à une intoxication par la drogue (odeur, fumée, pupille dilatée).

Dès que le financement fédéral sera arrivé d’Ottawa, deux autres agents seront formés pour répondre aux besoins qui devraient croître dans le domaine avec la légalisation du pot.

Commentaires

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page