Connectez-vous à nous

La hausse la plus marquée touche les terrains vacants

Actualités

La hausse la plus marquée touche les terrains vacants

NOUVEAU RÔLE. La valeur des terrains non exploités s’apprécie en moyenne de 34,5 % au nouveau rôle triennal d’évaluation.

Commentaires

Au rôle 2013-2015, qui arrive à échéance le 31 décembre, ce type de propriété avait été frappé d’une hausse moyenne de 24,8 %.

«Cette réalité trouve son explication dans le jeu de l’offre et de la demande, considérant que les terrains vacants se font de plus en plus rares à Laval», soutient la Ville.

Reste que l’augmentation de la valeur que subiront ces propriétaires à compter du 1er janvier demeure deux fois inférieure à l’appréciation débridée du rôle de 2007-2009, où la valeur des terrains non exploités avait bondi de 74 %.

Résidentiel

Au nouveau rôle, le secteur résidentiel voit croître en moyenne sa valeur de 8,6 % comparativement à la variation du rôle précédent, qui était de 17,5 %.

Les immeubles de six logements et plus subissent la plus forte hausse des valeurs foncières résidentielles avec un bond de 15,6 %.

Suivent les résidences unifamiliales (8,5 %), les plex (7,5 %) et les copropriétés (6,7 %).

«L’appréciation des valeurs au rôle 2016-2017-2018 est inférieure à celle observée en 2013-2014-2015, mais témoigne d’un marché immobilier en harmonie avec la vigueur de l’économie», précise la Ville.

À lui seul, le marché résidentiel représente 77 % des 56,2 milliards de valeurs imposables sur l’ensemble de l’île Jésus.

Immeubles non résidentiels

Quant aux immeubles non résidentiels, leur valeur s’apprécie en moyenne de 12,3 %, ce qui est très comparable à la hausse de 11,6 % au rôle précédent.

L’augmentation de 15,7 % de la valeur des immeubles commerciaux et de services se trouve légèrement supérieure à la hausse de 12,5 % observée en 2013.

Les industries manufacturières affichent pour leur part la hausse la moins marquée de cette catégorie de propriétés avec une croissance de la valeur foncière de 7,2 %.

Enfin, le secteur agricole subit une hausse de 12,6 %, soit trois points de pourcentage de moins qu’en 2013.

À lire aussi: Les valeurs foncières s’apprécient de 10 %

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page