Connectez-vous à nous
D’aucuns se souviendront que 28 dossiers de fraude envers des aînés de Laval avaient été ouverts en 15 jours en janvier dernier. (Photo 2M.Media - Archives)

Actualités

La fraude grands-parents perdure à Laval

Après une hausse de cas notamment en août dernier, le Service de police de Laval (SPL) profite de la 𝘚𝘦𝘮𝘢𝘪𝘯𝘦 𝘥𝘦 𝘭𝘢 𝘱𝘳𝘦́𝘷𝘦𝘯𝘵𝘪𝘰𝘯 𝘥𝘦 𝘭𝘢 𝘤𝘳𝘪𝘮𝘪𝘯𝘢𝘭𝘪𝘵é pour prévenir la population que la fraude grands-parents continue de faire des victimes sur son territoire.

«On veut certes sensibiliser directement les personnes aînées, mais aussi beaucoup leur entourage, leur famille, pour qu’ils sachent que ce type de fraude est encore très courant», de confier l’agente Chantal Moreau, porte-parole du SPL.

Stratégie intimidante

La fraude grands-parents est une arnaque téléphonique visant particulièrement les aînés, dont la méthode utilisée est souvent celle du «petit-fils».

Cette escroquerie consiste à faire croire «qu’un de vos petits-enfants vient de se faire arrêter et qu’il a besoin que vous lui prêtiez une grosse somme d’argent afin qu’il soit libéré», d’informer la police de Laval sur sa page Facebook.

Il faut savoir que l’appelant peut se faire passer pour un policier ou un avocat et joue sur la notion d’urgence. Il demande que l’argent soit placé dans une enveloppe (ou dissimulé dans une revue), laquelle devra être remise à la personne qui se présentera chez elle ou par l’intermédiaire d’une compagnie de livraison.

«La façon d’approcher les personnes aînées n’a pas changé, cependant c’est plus dans la livraison de l’argent que cette fraude a évolué, précise l’agante Moreau. Le faux petit-fils [ou une tierce personne se faisant passer pour une quelqu’un en position d’autorité] appelle pour dire qu’il est dans le trouble et qu’il a besoin d’argent. Or ce n’est plus nécessairement à la banque que se fait la remise de l’argent, on voit aussi une livraison dans une enveloppe ou des billets glissés dans une revue.»

Rappelons qu’en tout temps, il est essentiel de prendre quelques instants afin de valider les informations. Rappelons qu’il n’est jamais dans la pratique d’un policier ou d’un avocat de vous demander de l’argent par téléphone pour une caution ou autre.

Méthodes utilisées

Autre rappel, c​​haque année, la fraude par téléphone fait de nombreuses victimes. La majorité des personnes visées sont des aînés.

Souvent, les fraudeurs prétendent être un proche de la famille aux prises avec un problème urgent nécessitant une somme d’argent (accident, démêlés avec la justice, etc.). Les fraudeurs sont d’excellents manipulateurs et arrivent souvent à convaincre leurs victimes de leur donner d’importantes sommes d’argent

«Cette personne vous appelle de façon impromptue. Il vous demande si vous le reconnaissez. Vous pensez que votre petit-fils ou petite-fille vous appelle et nommez automatiquement son nom. Il utilise ce nom pour avoir l’air crédible. Il vous demande une importante somme d’argent en prétextant qu’il a un problème urgent », peut-on aussi lire sur le site Internet de la police.

Conseils de prévention

Il faut absolument que les personnes qu’on tente d’hameçonner puissent résister à la pression et l’envie d’agir rapidement. Parmi les recommandations les plus importantes, on doit toujours dire non quand l’appelant demande si on l’a reconnu.

Il est impérieux de ne jamais donner de renseignements personnels à son interlocuteur et de poser des questions personnelles auxquelles seul un proche serait en mesure de répondre.

Ensuite, il est urgent de contacter les parents, un autre membre de la famille ou des amis de la personne afin de vérifier la validité de l’histoire qui a été présentée.

N’empêche, il ne faut jamais envoyer d’argent à quelqu’un que l’on ne connaît pas, ni lui fournir son numéro de carte de crédit à moins d’avoir validé hors de tout doute l’identité de la personne avec laquelle on transige.

«En tout temps, refusez de donner de l’argent avant d’avoir vérifié la version de l’appelant auprès des membres de votre famille. Demandez-lui un numéro de téléphone pour le rappeler ou dites-lui de vous rappeler plus tard afin de pouvoir procéder à des vérifications. En cas de doute, raccrochez immédiatement. Rappelez-vous que vous avez toujours le droit de dire non, même à un proche», sont les autres conseils utiles mentionnés par le SPL sur son site Internet.

 

Commentaires

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page